•  

    DELIVRE  DE  L'OCCULTISME - Allan RichC'est à l'âge de 15 ans que j'ai été placé dans un foyer pour adolescents en difficulté familiale. Il y avait aussi des personnes, plus âgées que moi, ayant fait de la prison, des "blousons noirs" qui aimaient se battre, boire et se droguer.
     
    Dès la première semaine, j'ai été initié à fumer du cannabis. L’impact a été immense et immédiat sur moi. Le lendemain, je suis allé en ville pour en acheter et, dès cet instant j'en ai consommé en grande quantité. Quand je n'en avais plus, je volais des médicaments ou de l'alcool. Je prenais tout ce que je pouvais pour être "high," je sniffais des poudres et toutes sortes de pilules ainsi que du LSD. A cause de cela, je devenais très dépressif, paranoïaque et j’avais de grandes angoisses. J’essayais de remplir un vide qui devenait de plus en plus grand aux fils des années. J’étais devenu incapable de travailler.
     
    Alors, on m'a appris comment voler des voitures, cambrioler des magasins, trafiquer de la drogue, etc. Je me suis fait arrêter par la police que je haïssais. Je fuguais, j'étais devenu un petit délinquant. Mes amis autour de moi commençaient à mourir d’overdose d’héroïne et de LSD, ou accidents de moto. Un de mes derniers copains qui n'avait que 32 ans est mort de vieillesse précoce due aux disfonctionnements de son métabolisme. Je me sentais inutile et seul, et, n’ayant plus d’interactions sociales, plus de motivations, je voulais mourir le plus rapidement possible.
     
    Par curiosité, j'ai commencé à pratiquer la magie blanche et, très vite à avoir des pratiques occultes et ce, de manière empirique et instinctive. Je découvrais avoir des "aptitudes" spirituelles. Je m'intéressais aux mysticismes orientaux et je remarquais rapidement acquérir des "pouvoirs" comme celui de voir l'aura des gens, et également des dons de divination etc. J'étais fasciné par le pouvoir et la puissance spirituelle, et je voulais découvrir quelles étaient les limites de mes capacités. Pour cela, je suis passé à la magie noire.
     
    En quelques mois, après la mort de quelques personnes suite à des sorts jetés, une EMI (expérience de mort imminente), une tentative de suicide et un séjour à l'hôpital psychiatrique d’une semaine, j'ai décidé de changer de vie. J’ai arrêté toutes substances nocives, ainsi que la viande. J’ai essayé de me refaire un bon "karma". J'avais, à ce moment-là, 19 ans et je pratiquais assidûment le yoga ainsi que le sport. J'ai essayé de me purifier le corps et l'esprit, mais au bout de 6 mois intensif de ce régime, j'ai eu la révélation suivante: que je mène la vie la plus dissolue possible, ou que je fasse les plus grands efforts d'ascétisme, cela ne me rapprochait pas d'un millimètre de Dieu. J'ai décidé donc de vivre une vie médiane, en n'étant, à mes yeux, ni bon ni mauvais.
     
    Détestant les Chrétiens, je me suis néanmoins retrouvé, par accident, dans une de leurs réunions. Alors qu'un jeune gars prêchait, j'ai vu son aura. Je n'en avais jamais vu de si clair, si puissante, si grande et si pure. Je savais qu'il avait le pouvoir spirituel ultime et je voulais recevoir ce pouvoir. "Malheureusement", il ne parlait que de Jésus-Christ et de la croix. Malgré tout, j'ai décidé de ne pas le lâcher jusqu'à ce que je découvre son secret.
     
    Etant donc revenu a une réunion, il a invité ceux qui voulaient recevoir la puissance de Dieu à s’avancer. Je me suis dit que c'était ma chance de recevoir cette puissance illimitée afin de l'utiliser comme je l'entendais. Je me suis avancé. Dans mon esprit j’ai vu Jésus-Christ et Sa croix. A cet instant, j'ai eu la conviction intérieure que je devais faire un choix: celui de L’accepter ou celui de Le refuser. Je L’ai refusé. Mais un instant plus tard, Dieu a parlé en mon esprit et m'a montré que je devais accepter Jésus car si je persévérais dans ce mode de vie je n’en n’avais plus que pour 6 mois à vivre.
     
    Ayant vécu l'EMI, je savais que je n'étais pas prêt à mourir, et qu'il fallait que je me mette en ordre avec Dieu, sinon j'irai dans un endroit très malsain lors de mon dernier souffle. Alors malgré ma répulsion et comprenant que je n’avais pas le choix, j'ai mis mon orgueil de coté et j'ai accepté Jésus-Christ et la croix dans ma vie afin de sauver ma peau.
     
    C'était en septembre 1977 et depuis ce jour, l'orientation de ma vie, mes motivations et objectifs, tout a commencé à changer. Comme le dit la Bible:
     
    « Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Cor 5:17). 
     
    Un lent processus de guérison s’est opéré dans mon physique, mes affects, émotions, et intellect, réparant mes souffrances et blessures. Ce serait trop long de vous raconter ici tous les miracles que Dieu a faits pour moi.

    Aujourd'hui, je suis immensément reconnaissant envers Dieu pour sa patience et pour ne pas avoir renoncé à moi, pour avoir réussi à me sauver, malgré moi.

     
    De même, je remercie Jésus-Christ qui a racheté mon âme en mourant à ma place et a payé les conséquences de mes erreurs et a ainsi permis que soit changée ma destination finale et éternelle.


    3 commentaires
  •  

    La Pie : Le test du miroir

    La pie, on la connaît !  Parler sur le jacassement incessant de la pie qui peut nous faire penser à du bavardage malsain comme les critiques ou les médisances en communauté, ou encore parler de ses méthodes pour chaparder des objets convoités chez le voisin, ou encore sur son agressivité et encore sur son rôle de sentinelle envers son pire ennemi le chat…  tout cela n’est pas le sujet de ma méditation. Non, je vais vous parler de quelque chose que vous n’avez probablement jamais entendu sur la pie : le test du miroir !!

    J’ai découvert que la pie est un des rares animaux à avoir passé le « test du miroir »:

    «Des expériences de laboratoire réalisées par une équipe allemande montrent que les pies peuvent se reconnaître dans un miroir : cette reconnaissance du corps, par quoi passe la reconnaissance de soi, est une première chez un non-mammifère... Elle perçoit l'image dans le miroir comme la sienne.." (extrait de « Pour la Science.fr).

     Le « test du miroir » chez l’enfant

    Ce test permet d’évaluer la conscience de soi en permettant de déterminer si un enfant est capable de reconnaître son propre reflet dans un miroir comme étant une image de lui-même. 

    Il y a différentes étapes dans le 'test du miroir".  Ainsi, à un moment donné de son jeune âge, l'enfant peut refuser de se reconnaître dans le miroir.

     Et nous, adultes, quelle attitude avons-nous ?

     On peut se regarder de différentes manières dans le miroir.  En un regard rapide ou alors avec attention dans les moindres détails.  Nous pouvons voir une image de nous-même qui révèle à la fois ce que l’on veut montrer, mais aussi ce que l’on s’efforce de cacher. On peut se montrer très critique, ne pas se plaire ou alors être bienveillant, ou peut-être encore avoir une légère sur-estimation de soi… jusqu’à se voir FBI  (Fort Beau Intelligent) :-)

    Mais tout cela m’amène à vouloir vous parler d’un autre miroir : la Parole de Dieu !

    La Pie : Le test du miroir

    En effet, la Bible joue un rôle essentiellement semblable à celui du miroir : elle est comme le miroir de l’âme, elle réfléchit notre image spirituelle, celle que notre Créateur voit aussi. En d’autres termes, la Parole montre l’image de Dieu Saint et Bon et qui nous sommes réellement face à cette image.  Elle nous rappelle que nous sommes des êtres faibles et pécheurs, et elle nous montre aussi la grâce de Dieu dont nous avons tant besoin !


    «Pratiquez la parole et ne l’écoutez pas seulement, en vous abusant par de faux raisonnements. Car si quelqu’un écoute la parole et ne la pratique pas, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel et qui, après s’être regardé, s’en va et oublie aussitôt comment il est. Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui persévère, non pas en l’écoutant pour l’oublier, mais en la pratiquant activement, celui-là sera heureux dans son action même. » 
    (Jacques 1 : 22-25)

     Mais alors pourquoi il y a tant de personnes qui n’aiment pas lire la Bible ?  Parce que la Bible nous révèle qui nous sommes, c’est-à-dire en non-conformité à l’image de Dieu.

    Les personnes, en général, n’aiment pas connaître la vérité sur elles-mêmes et préfèrent juger l’image de son prochain plutôt que la leur :
    « Et pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil  de ton frère, tandis que tu n’aperçois pas la poutre qui est dans ton œil ? » (Matthieu 7 :3) 

    Et c’est vrai, il est difficile de se connaître soi-même. Qui nous connaît vraiment ? Dieu seul. Et que dit-il ? « Le cœur est trompeur par-dessus tout, et incurable»” (Jérémie 17. 9). Il peut dire cela parce que « tout est nu et découvert » à ses yeux (Hébreux 4. 13). Il est difficile de se remettre en question n’est-ce pas ? 

    Justement, n’ayons pas peur, car si Dieu veut nous montrer nos défauts (le péché), ce n’est pas pour nous sanctionner et nous condamner mais pour que nous acceptions Sa grâce en toute humilité et pour nous permettre d’être transformé dans notre caractère, à l’image de Jésus. 

    «Ainsi, nous tous qui, à visage découvert, contemplons la gloire du Seigneur comme dans un miroir, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par l’Esprit du Seigneur. » (2 Corinthiens 3 :18). 

    En contemplant Dieu avec un esprit libéré de tout voile, nous sommes amenés à lui ressembler. La bonne nouvelle nous révèle la vérité à propos de Christ et celle-ci nous transforme à mesure que nous en comprenons le sens et l’appliquons. Plus notre compréhension s’approfondit, plus l’Esprit nous aide à changer.  Notre transformation à l’image de Christ s’opère progressivement, plus nous suivrons Christ de près, plus nous lui ressemblerons. 

    Le miroir flou 

    Il y a un autre passage de la Bible qui parle d’un autre miroir. Ici-bas, nous ne pouvons voir Dieu clairement, nous pouvons Le connaître que partiellement.  C’est comme si on regardait dans un miroir flou.   

    « Car maintenant nous voyons dans un miroir, obscurément, mais alors nous verrons face à face; maintenant je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été aussi connu. » (1 Cor. 13 :12). 

    Ce verset de Paul explique en fait que notre connaissance actuelle de Dieu est limitée, incomplète. Dans l’éternité, nous serons parfaits et complets et nous nous tiendrons dans la présence même de Dieu, face à face. Aujourd’hui, nous avons beaucoup de questions sans réponse, mais un jour, ces questions ne se poseront plus.  Nous verrons Christ en personne et serons capables de voir comme Dieu voit. 

    Conclusion 

    La Bible est comme un miroir de l’âme, lisons-la !  Elle dit ce que nous sommes aux yeux de Dieu et ce que nous méritons.  MAIS elle nous montre aussi comment Jésus-Christ peut nous libérer de ce qui nous fait honte.  Ne brisons pas le miroir ! Que notre regard sur nous-même soit honnête afin de pouvoir être transformé progressivement à l’image de Jésus , de gloire en gloire ! 

    Le plumage de la pie est noir et blanc. De même, au contact de la Parole qui est donc le miroir de notre coeur, notre conscience sait voir ce qui est péché de ce qui est pureté.  Choisissons donc entre le noir et le blanc, entre ce qui est profane et ce qui est saint ! Entre ce qui est vérité et mensonge et ce, dans tous les domaines de notre vie !

     

     

     

     

     Article rédigé par : Eliane Copus-Servais

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Le corbeau : Providence et Provision

    Beurk, les corbeaux ! On ne les aime pas n’est-ce-pas ! 

    Cet oiseau noir, avec son croassement agaçant, est vu comme antipathique : nous l’associons souvent aux ténèbres, au malheur suprême, à la tristesse, à l’épouvante. Ils ont même donné leur nom aux dénonciateurs anonymes. On le retrouve aussi dans de nombreux mythes et contes traditionnels, dans les légendes et littératures de toutes les époques.  

     Le corbeau : Providence et ProvisionJe me souviens, étant enfant, mon grand-père avait apprivoisé facilement un corbeau : il tendait son bras et l’oiseau venait se poser sur sa main. J’étais impressionnée et depuis ce jour-là, les corbeaux m’ont paru moins répugnants... Et oui, l’apparence est bien trompeuse ! D’après des observations, le corbeau a bien des vertus : la fidélité, le courage, la prudence, la sociabilité et l’intelligence. Les couples corbeaux restent unis pour la vie.  Ils bravent les dangers pour se nourrir et leur prudence fait qu’ils y échappent la plupart du temps.  Ils vivent en colonie, ce qui représente le centre de la vie sociale et ils sont, pour cette raison, organisés et prévoyants.

    …Et l’image du corbeau mérite d’être l’objet de notre attention pour ce qu’il apporte comme enseignement dans la Bible.

    Utilisation du corbeau dans la Bible

    La première mention du corbeau se trouve dans Genèse 8 :7, où il est dit : « Il (Noé) lâcha le corbeau, qui sortit, partant et revenant, jusqu’à ce que les eaux eussent séché sur la terre. ». Nous n’y apprenons rien, à part le fait que cet oiseau n’a pas aidé Noé qui envoya ensuite une colombe…

    Dans Lévitiques 11 :15 : toutes les espèces de corbeaux (les Corvidés) sont déclarés impures à l’alimentation comme bien d’autres animaux. On prétend aussi que ces oiseaux attaquent quelques fois les bêtes jeunes ou malades en leur crevant les yeux, ce qui expliquerait le Proverbe 30 :17 « L’oeil qui se moque d’un père Et qui dédaigne l’obéissance envers une mère, Les corbeaux du torrent le perceront, Et les petits de l’aigle le mangeront. »

    « Ravitaillé par les corbeaux »

    Le corbeau : Providence et Provision

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quelques passages bibliques m’ont interpellée par ce qu’ils ont en commun : les corbeaux représentent l’image, le symbole de la provision ou la providence divine. D’ailleurs, il y a une expression moderne qui dit être «ravitaillé par les corbeaux » cela pour désigner un lieu en retrait de tout, où il n'y a aucune commodité à portée de main et où on doit attendre que quelqu'un vienne à nous de temps en temps. 

     Avant de commencer à étudier ces passages bibliques et de comprendre ce qu’ils veulent nous enseigner, comprenons tout d’abord la définition de la  PROVIDENCE selon Larousse :

    • Action par laquelle Dieu conduit les événements et les créatures vers la fin qu'il leur a assignée.
    • Dieu en tant qu'ordonnateur de toutes choses.
    • Personne ou événement qui arrive à point nommé pour sauver une situation ou qui constitue une chance, un secours exceptionnels. 

      Le mot vient du latin « providentia : « prévoyance » (néologisme crée par Cicéron, de pro- « en avant » et videre « voir »). La providence divine ou la providence naturelle s'opposent au hasard.

      Un des noms de Dieu est «Yahweh Jireh » = Dieu pourvoira ! Il est celui qui pourvoit à nos besoins essentiels  (pourvoir =mettre quelqu'un en possession de ce qui lui est ou lui sera utile) :  c’est ce qu’Il veut nous dire dans Sa Parole, la Bible :

      1) Ps 147:9 : « Il donne la nourriture au bétail, aux petits du corbeau quand ils crient… » 

      Job 38 :41 : « Qui est-ce qui apprête la nourriture au corbeau, quand ses petits crient au Dieu Fort, et qu’ils vont errants, parce qu’ils n’ont point de quoi manger? »

      Le Dieu créateur, qui a formé les cieux et la terre et tout ce qui s’y trouve, non seulement a créé  tous les êtres vivants sur terre, mer, air mais Il a aussi  prévu dès l’origine à leurs moyens de  subsistance. Psaume 104 : 27-28 :  « … Tous ces animaux espèrent en toi, pour que tu leur donnes la nourriture en son temps. Tu la leur donnes, et ils la recueillent; Tu ouvres ta main, et ils se rassasient de biens. »
      Si Dieu pourvoit aux animaux, aux oiseaux du ciel, d’autant plus prendra-t-il soin de nous qui sommes particulièrement l’objet de Son attention !  Les choses qui nous semblent les plus infimes ou banales ne sont pas ignorées de Dieu et il s'en préoccupe. « Et même les cheveux de votre tête sont tous comptés. » (Matthieu 10.30).
       

      Cette pensée est notamment bien  exprimée dans :

      2)  Luc 12:22-24« Jésus dit ensuite à ses disciples: C’est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. Considérez les corbeaux: ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’ont ni cellier ni grenier; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux!»

      Le corbeau : Providence et ProvisionLe contexte de Luc 12 :24, est un ordre à ne pas s’inquiéter. « C’est pourquoi » se réfère à la parabole précédente du riche dépourvu de bon sens qui amassait ses richesses dans ses greniers devenus de plus en plus grands. Il n’est pas interdit évidemment d’avoir des réserves : économiser peut faire partie de la sagesse, tout comme Joseph dans la Bible qui a stocké du blé dans des grands greniers, ce qui était bienvenu quand la famine arriva….C’est à nous de gérer nos biens en bon « père de famille ».  Ce que Dieu n’aime pas, c’est l’avarice, c’est l’amour de l’argent, des richesses utilisées égoïstement (« Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. ».) Dans Matthieu 6 :24, les richesses (le dieu Mamon)  sont opposées à Dieu qui en est, en fait, le souverain « L’argent est à moi, et l’or est à moi, dit l’Éternel des armées:… ! » (Agéée 2 :8)Le corbeau : Providence et Provision

      Si nous accumulons des richesses dans le seul but de nous enrichir, sans penser au Royaume de Dieu, nous entrerons dans l’éternité les mains vides.  Jésus nous amène plus loin que nos objectifs terre à terre et égoïstes et nous dit d’être riche pour Dieu et en Dieu. Et c’est dans ce contexte que Jésus nous rappelle la bienveillance du Père : les corbeaux n’ont  « ni cellier ni grenier », ils vivent donc au jour le jour, sans se soucier du lendemain, et Dieu les nourrit.  La foi en notre Père Céleste et en Sa promesse de pourvoir à nos besoins nous libère de l’anxiété.

      3)  Une action, un endroit amènent la providence divine (1 Rois 17 :2 à 6)

      Contexte :  afin de ne pas être touché par la sécheresse, Dieu demande au prophète Elie de quitter le pays pour aller au désert où il y a seulement un torrent. Il y sera ravitaillé par les corbeaux.Le corbeau : Providence et Provision

      « Puis la parole de l’Eternel fut adressée à Elie, en disant : Va-t’en d’ici, et tourne-toi vers l’Orient, et te cache au torrent de Kérith, qui est vis-à-vis du Jourdain. Tu boiras du torrent, et j’ai commandé aux corbeaux de t’y nourrir. Il partit donc, et fit selon la parole de l’Eternel ; il s’en alla, dis-je, et demeura au torrent de Kérith, vis-à-vis du Jourdain. Et il s’en alla et fit selon la parole de l’Éternel: il s’en alla et habita au torrent du Kerith, qui est vers le Jourdain. Et les corbeaux lui apportaient du pain et de la chair le matin, et du pain et de la chair le soir, et il buvait du torrent. »

      Le corbeau  a plusieurs terrains de prédilection, aussi bien en pleine nature, dans les déserts, qu’en ville ou jardins.  Il est charognard et a une alimentation variée et peut donc apporter aussi des aliments convenant à un homme. Un commentaire dit : « les corbeaux se massent volontiers dans les défilés de ouadis (déserts) dont les falaises leur offrent des grottes pour nicher, c’est là que se situe l’histoire d’Elie, providentiellement nourri grâce à l’instinct pillard de l’oiseau, qui encore aujourd’hui dérobe des provisions aux habitations voisines ou aux caravanes de passage. » (Bible online).

      La foi en la Parole de Dieu

      Devant cette demande aussi irrationnelle , Elie ne se pose pas de questions ni n’est dans le doute, il  va croire en la parole de Dieu, même si cela peut paraître surprenant que Dieu utilise, en plus, un oiseau  qu’Il a déclaré lui-même  impur. Il croit Dieu et il agit. La foi va susciter l’intervention miraculeuse de Dieu !

      Quand le chrétien a foi et obéit à la Parole de Dieu, et surtout dans des circonstances adverses, il donne à Dieu l'occasion de prouver sa fidélité miraculeuse et parfois, Dieu dépasse l’ordre naturel pour accomplir sa providence. Nous avons un Dieu Puissant et surprenant !

      Un endroit

      Dieu, dans Sa bonté,  avait déjà tout prévu pour la protection d’Elie. Il va lui indiquer un lieu précis : au torrent de Kérith. C’est là que Dieu lui donnera ce qu’il a besoin via les corbeaux pour continuer sa vie, sa mission.  Elie était au centre de la volonté de Dieu. Etre dans le plan de Dieu, même au milieu de l’adversité, est la garantie que Dieu est avec nous. « Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au  bien  de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont  appelés selon son dessein. » (Romains 8 :28). Soyons rassurés par la fidélité de Dieu et de Sa provision pour nous.

      Quels sont les endroits où Dieu déverse sa bénédiction ?

      -        A la « croix » : La mort de Jésus sur la croix est le premier rendez-vous : notre repentance sincère et la compréhension de sa grâce nous poussent à Le suivre. Dès cet instant, en ce lieu, la provision de Dieu pour notre vie nous a été déjà accordée par Dieu en Jésus-Christ !  Sa mort sur la croix a ouvert pour nous le chemin des bénédictions de Dieu qu’il a en réserve pour nous, dans tous les domaines de notre vie et utiles pour Le suivre.Le corbeau : Providence et Provision

      -        Dans la prière : notre « torrent de Kerith » peut être le lieu de la prière, dans Sa Présence où l’on boit à la source, où le Saint-Esprit déverse la pluie bienfaisante de restauration. Demandons à Dieu de répondre à nos besoins :  « ..Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien… » (Matthieu 6 :11) « C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. » (Marc 11 :24). 

      -        En Christ : la réponse suprême de Dieu à tous nos besoins!  Les Evangiles nous invitent à demeurer en Jésus-Christ, c’est l’objectif premier d’un chrétien authentique qui veut porter du fruit. En Christ, nous avons tout l’approvisionnement, tout le nécessaire pour mener une vie chrétienne digne d’honorer Dieu. Il veut toujours nous donner la Vie, et la Vie en abondance !

      CONCLUSION

      Pour Dieu il n'y a pas de restriction dans sa providence. Les grandes choses comme les plus petites, les hommes, comme les corbeaux, sont dans sa main !  Discernons nos réels besoins et ne manquons pas d’être là où Dieu nous veut. Dieu a un plan parfait pour nos vies, Il nous précède et si nous  sommes là où Il désire, Il conduira les événements et, dans sa provision, il nous donnera tout ce qui est nécessaire.  Il ordonnera que les « corbeaux » arriveront à point nommé pour sauver une situation.

      « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée, gardera votre cœur et votre intelligence en Jésus–Christ ». (Philippiens 4:6-7)

       

    Article : Eliane  Copus-Servais

    •  


    9 commentaires
  •  

    L'Aigle - la force et puissance

     Alors que mon article précédent sur les « oies sauvages » encourage à avoir l’esprit d’équipe, mon étude maintenant se porte sur l’AIGLE, qui lui est un oiseau plutôt solitaire : il n’évolue pas en groupe comme les autres oiseaux mais est seul, vivant (avec sa femelle) sur les hauteurs la plupart du temps.  Bien que les chrétiens sont appelés à être ensemble, dans la communion fraternelle et avoir des projets en commun en tant qu’Eglise, n’oublions pas que l’évolution personnelle, notre vie de prière ne peut se faire qu’en retrait, dans la solitude, pour passer du temps avec Dieu. "Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre; et ayant fermé ta porte, prie ton Père qui est là dans le secret; et ton Père qui voit dans le secret, te le rendra." (Matthieu 6:6.).

    Allons sur « la montagne », élevons notre coeur vers Dieu, à Sa rencontre, pour le remercier, l’écouter, entendre ses instructions. C’est dans l’intimité avec Dieu que nous pouvons nous ressourcer personnellement : c’est Lui et moi.  Et Dieu peut nous appeler à faire quelque chose de particulier, peut-être une action qui ne sera pas comprise par les autres : agissons selon notre conviction, même si on peut se sentir seul par moment devant l’opposition, devant les différentes opinions, voire devant les moqueries des autres... C’est également la discipline à laquelle plusieurs hommes extraordinaires de la Bible ont dû vivre (Moïse, Abraham, Noé, Elie… Jésus !).

    Etudions cet oiseau remarquable, nommé « le roi des oiseaux » et ce qu’il peut nous apprendre.

    L’AIGLE, un oiseau à part….

    Qu’invoque l’aigle pour vous ?

    Pour certains, c’est un oiseau de proie qui effraie avec son bec crochu, ses serres acérées et son regard perçant prêt à foncer sans pitié sur sa victime et à la déchirer de son bec avec férocité. 

    Pour d’autres, il peut éveiller l’admiration par son vol majestueux et rapide et par son courage. Il est le symbole de la force tranquille, de la puissance, fierté et de la liberté.  Il est porteur de nombreuses illustrations humaines et divines. 

    L'Aigle Royal - la force et puissanceIl a souvent fasciné les hommes dans l’histoire :" L'aigle est le symbole de nombreux organismes et nations. Il représente les idées de beauté, de force et de prestige. Les Romains l'utilisaient comme emblème pour leurs armées.Sur certaines pièces de monnaie (l'euro) est affichée le symbole d'un aigle qui est entouré d'étoiles. Ce symbole est l'emblème de l'Allemagne.... Il peut aussi comporter un aspect maléfique. Le renversement du symbole du Christ en fait une image de l'Antichrist : l'aigle est le rapace cruel, le ravisseur. Il est aussi parfois symbole d'orgueil et d'oppression (ceci est lié au pouvoir impérial). C'est la perversion de son pouvoir." source Wikipedia).

    Illustrations bibliques

    La Bible fait de nombreuses allusions à sa longévité, sa force, sa rapidité, l'acuité de sa vision, son aire inaccessible et au soin qu'il prend de sa couvée.  L'aigle est un des animaux de la vision d'Ezéchiel (Eze. 1:10) qui reparaissent dans celle d'Apocalypse (Apoc.4:7); les Pères de l'Eglise en ont fait l'emblème de l'évangéliste Jean. 

    Penchons-nous sur quelques versets intéressants qui nous sont donnés, entre autres, pour notre compréhension de QUI est notre Père tout puissant et ce qu’Il peut être pour ceux qui se confient en Lui. 

    1)  1) Exode 19:4 «Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Egypte et la façon dont je vous ai portés sur des ailes d’aigle et amenés vers moi ». 

     Moïse était monté vers Dieu qui l’avait appelé du haut de la montagne pour lui communiquer ce message de réconfort aux Israélites afin de l’inviter à avoir confiance en Son soutien.

     2) Deutéronome 32:11  « Il (Dieu) s’est montré pareil à l’aigle qui réveille sa couvée, voltige sur ses petits, déploie ses ailes, les prend et les porte sur ses plumes. »

    Ici, le Seigneur  est comparé à un aigle attentif à ses petits.  Les aiglons représentent donc Ses enfants, ceux qui  l’ont fait Père et Maître de leur vie.


    L'Aigle Royal - la force et puissance

    En effet, quand l’aigle voit ses aiglons assez grands pour entreprendre de voler, il s’élève sur leur nid en battant des ailes et les excite à l’imiter et à prendre leur essor. Lorsqu’ils se décident à quitter le nid, souvent ils tombent au lieu de planer.  Alors, la mère aigle vole en-dessous d’eux et les transportent sur ses ailes jusqu’à ce qu’ils puissent voler ou pour les mettre en sécurité.

    De la même manière, quand nous nous convertissons et entrons dans la vie chrétienne,  nous ne pouvons pas  marcher directement dans la maturité, il nous faut progresser.  Notre Père est un excellent pédagogue !! Il nous apprend à marcher droit et à marcher d’une manière responsable.  Il nous connaît, Il sait de quoi nous sommes capables et quelles sont nos limites… et Il est toujours là, attentif à nous indiquer la manière d’être et de faire (notamment par Sa Parole, la Bible).  Il est prêt  à nous porter, nous soutenir quand nous sommes en difficultés.  De la même manière que l’aiglon est appelé à devenir  aigle, Il nous invite à prendre de la hauteur.  Apprenons à aller plus loin avec le Seigneur et ne pas être superficiel.  Apprenons à avoir la vision de Dieu, progressons pour devenir des adultes affermis sachant voir les choses comme Dieu les voit. 

    L’idée des ailes et de son effet protecteur est aussi mentionné dans Psaume 91, qui est un psaume de protection divine face au danger : « Celui qui habite sous l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout- Puissant… Oui, c’est lui qui te délivre du piège de l’oiseleur et de la peste dévastatrice. Il te couvrira de ses ailes et tu trouveras un refuge sous son plumage… ».

    3) Psaume 103:5 : « C’est lui (Dieu) qui rassasie  de biens  ta vieillesse, qui te fait rajeunir comme l’aigle). »

    Je vous invite à lire ce psaume 103 qui nous décrit le grand amour de Dieu pour nous.  Le verset 5  nous dit qu’en Dieu nous pouvons être renouvelé et retrouver une nouvelle jeunesse.

    « Rajeunir » comme l’aigle, pourquoi cette comparaison ? Plusieurs interprétations sur le rajeunissement de l’aigle ont été avancées mais pour rester simples, retenons que l’aigle connaît des périodes où ses plumes le quittent pendant la mue.  C’est ainsi que son  plumage devenu mince et appauvri émet des sifflements qui avertissent ses proies de son approche et donc l’aigle a plus de difficultés et se fatigue pour se nourrir dans ces moments-là. Avec le temps, son bec s’use progressivement également.  Mais heureusement pour cet oiseau, son plumage se renouvelle après sa mue et l’usure de son bec est compensée par une croissance continue. Ce renouvellement lui permet, une fois de plus, de voler, planer et de chasser dans toute son énergie comme un jeune aigle.

    Dieu rassasie, donne satisfaction à ceux qui lui font confiance, Il ne les délaisse pas.  Néhémie 9 :21, rappelle aux Israélites qui avaient traversé le désert :  «Pendant quarante  ans, tu (Dieu) pourvus  à leur entretien dans le désert, et ils ne manquèrent de rien, leurs vêtements ne s’usèrent  point, et leurs pieds  ne s’enflèrent point. »

    L'Aigle Royal - la force et puissanceEn tant que chrétiens, Dieu est celui qui renouvelle les forces et nous soutient par son Esprit. « Toi  donc, mon  enfant  fortifie-toi dans la grâce qui est en Jésus-Christ. » (2 Timothée 2 :1) Notre force intérieure a sa source en Christ qui nous donne tout ce que nous avons besoin  pour continuer à marcher dans les déserts et tempêtes de la vie. Il nous donne force, calme et puissance.

    2)  4) Esaïe 40 :29-31 «Il donne de la force à celui qui est fatigué et il multiplie les ressources de celui qui est à bout.  Les adolescents se fatiguent et s’épuisent, les jeunes gens se mettent à trébucher, mais ceux qui comptent sur l’Eternel renouvellent leur force. Ils prennent leur envol comme les aigles.  Ils courent sans s’épuiser, ils marchent sans se fatiguer.» 

    Même les personnes les plus résistantes peuvent se fatiguer, alors que la puissance et la force de Dieu ne diminuent jamais.  Sa force est la source de notre force. Quand nous sommes épuisés au point de ne plus pouvoir avancer, rappelons-nous que nous pouvons faire appel à Lui pour qu’Il nous renouvelle (comme l’aigle du Ps. 103) et que l’on puisse prendre notre « envol comme l’aigle». 

    Le vol de l’aigle est particulièrement puissant.

    « Un chrétien australien, Col Stringer, auteur et écologiste, raconte comment un aigle se comportait au cours d’un orage.  Il décrit l’incroyable violence de la tempête : les arbres ployant en gémissant et les oiseaux criant, terrifiés et frappés de panique, cherchant à fuir l’orage ou à trouver un abri. Les éclairs striaient le ciel, frappant la terre avec une puissance si dévastatrice que, sous l’impact, sa maison en tremblait.  Au cœur de ce déploiement de puissance, il aperçoit un aigle au beau milieu de la tempête, tournoyant, piquant, planant en suivant les courants aériens, bougeant à peine l’extrémité de ses ailes afin de se diriger…  Nullement intimidé, l’aigle, plutôt que de fuir l’orage, a découvert le secret de la maîtrise de sa puissance.  L’aigle a gardé ses puissantes ailes ouvertes et s’est laissé porter par les courants aériens.  L’aigle a utilisé courageusement les forces mêmes qui le menaçaient pour s’élever dans les airs au-dessus de toute l’agitation de l’orage.

     Col Stringer fait le lien avec le  verset d’Esaïe 40 :31 :  plutôt que de chercher à fuir les forces et les problèmes qui nous assaillent dans nos vies ou à nous en cacher, comme le faisaient les autres oiseaux au cœur de l’orage, nous sommes appelés à « étendre nos ailes » comme le font les aigles :  Lorsque nous faisons confiance à Dieu de tout notre cœur, nous sommes alors capables de nous élever au-dessus de nos problèmes et de nous laisser porter par les forces mêmes qui cherchent à nous détruire.

    Lorsque nous mettons notre confiance en notre Père tout-puissant, que nous nous appuyons sur la source de toute force, nous sommes comme cet aigle qui ne se fatigue jamais dans la tempête. » (Source : Creative Commons, Flickr, Alaskan Dude).

    Apprenons à transformer les obstacles et les défis  en opportunités. Quand les tempêtes de la vie nous tombent dessus, nous pouvons nous élever au-dessus de celles-ci en nous fixant sur Dieu, en faisant appel à notre foi en Lui et nous appuyant sur Ses promesses.    

     
    L'Aigle Royal - la force et puissance 5) Pour terminer j’aimerais mettre en évidence une autre caractéristique de l’aigle :
    son acuité visuelle !  Savez-vous que l’œil de l’aigle voit 7 fois mieux que l’œil humain ? Il a une faculté de voir très loin et dans tous les détails. Il peut ainsi repérer des animaux les plus petits à une très grande distance.  De même, rien n’échappe au regard de Dieu, il voit toutes choses, Il sonde bien  au-delà, de ce que l’humain est capable de percevoir… 
    ...Et en tant que chrétiens, développons notre discernement(*), notre acuité visuelle pour voir de plus en plus les choses d’en haut, comme Dieu peut les voir. Notre foi, en effet, n’est pas basée sur des choses visibles mais sur des choses invisibles. 

    (*)"Le discernement spirituel est l'aptitude à discerner ce que Dieu attend de nous et à voir le monde de la même manière que lui.  Mais cette clairvoyance peut facilement être voilée.  Des désirs, des intérêts et des objectifs égoïstes peuvent la troubler.  La meilleure façon d'y voir de nouveau clair consiste à nous mettre au service de Dieu.  Un oeil "en bon état" est un oeil fixé sur Dieu !"
    (Commentaire de la Bible "Vie Nouvelle).

    Face à des difficultés, rappelons-nous que les ressources spirituelles sont là, même si nous ne pouvons pas les distinguer.  Regardons avec les yeux de la foi et laissons Dieu intervenir. Si nous ne le voyons pas agir dans notre vie, le problème vient peut-être de notre vision spirituelle ; il ne vient en tout cas pas de sa puissance. car Il est Celui qui me donne FORCE, CALME et PUISSANCE...Je suis tranquille car Il est là!!

      Article rédigé par Eliane Copus-Servais 


    26 commentaires
  • La nature nous enseigne plein de bonnes choses pour notre instruction et la Bible nous invite à les considérer.  Je vais aborder quelques réflexions sur les animaux  et notamment sur les oiseaux pour en étudier un peu les aspects et savoir ce que cela peut nous apporter pour notre sagesse.

    Quelques versets :

     « Interroge les bêtes, elles t’instruiront, Les oiseaux  du ciel, ils te l’apprendront »(Job 12 :7)

    « Dégage-toi comme la gazelle  de la main du chasseur, Comme l’oiseau  de la main de l’oiseleur » (Prov. 6 :5)

     « Voici, je  vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez  donc prudents comme  les serpents, et simples comme les colombes. »( Matthieu 10:16) 

     « Même la cigogne  connaît dans les cieux sa saison; La tourterelle, l’hirondelle et la grue  observent  le temps de leur arrivée. » (Jer. 8 :7)

    ----------------------------------------------------------------------------------------------

    Comme dans la chanson de Michel Delpech, "...soudain j'ai vu passer des oies sauvages", arrêtons-nous pour observer ces oiseaux.

     

    LES OIES SAUVAGES – l’esprit d’équipe !

     Dès l’arrivée du printemps, ou  au début de l’hiver, on entend un vacarme dans le ciel : machinalement je lève les yeux pour observer ces  masses  d’oiseaux  formées en V qui nous annoncent le changement de saison. 

     

     Les oies sauvages

    Ma maison se situe juste à l’endroit où les oies sauvages ont l’habitude de changer leur  place dans l’organisation de leur voyage.  Je les vois tourner en rond un moment :  celles de derrière rejoignent  les positions à l’avant et celles de devant vont à l’arrière pour se reposer. Cela m’a toujours fascinée de voir qu’année après année, ces oiseaux ont une telle persévérance et arrivent à s'orienter pour arriver à leur destination prévue. 

    Les oiseaux migrateurs volent à des vitesses situées entre 65 et 80 km à l’heure. Vous êtes-vous déjà demandé, en observant les oiseaux migrateurs lorsqu’ils voyagent, pourquoi ils adoptent une formation  en V ? Des savants ont découvert que les battements d’ailes des oiseaux soulèvent l’air, facilitant ainsi le vol des oiseaux qui les suivent. La formation en V permet donc à ces oiseaux de voler sur une distance 71 % plus grande qu’un oiseau volant seul. . Quand l’oiseau de tête se fatigue, il joint le dernier rang et un autre prend la relève à l’avant. 

    La formation en V permet aussi une communication rapide et efficace  entre les oiseaux concernant les changements de vitesse et de direction de l’ensemble du groupe. Enfin, lorsqu’un oiseau malade ou blessé est à la traîne, deux de ses congénères quittent la formation pour l’accompagner et l’encourager jusqu’à ce qu’elle meure ou se rétablisse. Ensuite, elles repartent seules ou dans une autre formation afin de rejoindre leur groupe. 

    Quel bel exemple de coopération et d’entraide mutuelle ! 

     Qu'est-ce que l'esprit d'équipe ?

     

     Les oies sauvages

     L'esprit d'équipe est un lien entre les membres d'un groupe, leur donnant le sentiment de faire corps et les poussant à œuvrer pour le bien de l'équipe au détriment du bien individuel. (définition Web). 

      Qui n’a pas fait l’expérience du travail en équipe ?  Que ce soit en communauté, dans le sport, au travail, à l’église, à l’école, en colonie, en mission, etc…  Est-il plus facile de coopérer dans la soumission mutuelle ou plus facile de travailler en cavalier seul ?  

    Un proverbe latin bien connu dit : « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » :  c’est l’individualisme qui parle là et qui prétend  que le meilleur moyen pour qu’une réalisation soit conforme à nos attentes, est d’y parvenir en l’accomplissant  soi-même. MAIS en fait, il vaut bien mieux rejeter ce concept et adopter cette mentalité :  "Ne compter que sur soi c'est risquer de se tromper." (Pierre Gravel, prêtre) 

    Nous avons tendance à surestimer ce que nous pouvons réaliser nous-mêmes et à sous-estimer ce que nous pouvons accomplir en groupe.  En réalité, nous accomplissons ensemble plus que nous ne pourrions rêver de réaliser seuls !.   

    L’esprit d’équipe, ça se construit !  

    Alexandre De Saint Exupéry a dit : « La pierre n’a point d’espoir d’être autre chose qu’une pierre mais de collaborer, elle s’assemble et devient temple ».  

     Dans n’importe quelle collectivité, il faut cultiver un climat de coopération : des valeurs pour insuffler l’esprit d’équipe :

    1) L’entre-aide, le soutien mutuel.  Ne pensons pas que nous sommes indispensables et ne croyons pas que nous devons tout faire par nous-mêmes!  Nous avons tous besoin d'aide pour avoir un meilleur résultat !!  

    2) Le respect : il est important de voir l’autre avec respect, de reconnaître et d'estimer ses capacités et son utilité. 

     3) La valorisation des différences : bien souvent les différences nous gênent mais en fait elles sont là pour justement apporter la complémentarité, prenons-en conscience et ne jugeons pas.  

    4) La communication : A l’heure où les moyens de communication se développent de plus en plus, , je constate que malgré les nouvelles technologies, certes bien pratiques, la communication reste bien souvent la faiblesse des hommes !!.  Faisons un effort de bien transmettre nos informations pour être plus efficaces, et faciliter la tâche ! Combien il est important de bien communiquer !!

    5) L’encouragement 

    Avez-vous entendu le vacarme que font les oies sauvages ? 

    Un spécialiste qui étude le comportement des oies sauvages a découvert qu’en fait  elles cacardent en permanence pour manifester leur acceptation du meneur de l’équipe pendant qu’il leur ouvre la route dans les airs parfois tumultueux. Elles s’encouragent mutuellement et celles qui volent à l’arrière de la formation crient continuellement pour exhorter celles qui sont à l’avant à maintenir le bon cap et leur vitesse de croisière.

    Ce ne sont pas là le bruit des critiques, le bruit des rivalités, des jalousies, des plaintes mais bien des cris d’encouragement mutuel !  Quel bel exemple pour nous tous ! Soyons attentifs aux besoins des uns et des autres,  soyons des instruments d’encouragement qui nous poussent tous  vers l’avant afin d’atteindre le but.

     Un but à atteindre -  Comment s’orienter ?  Les oies sauvages

    La question de savoir comment les oiseaux migrateurs arrivent à retrouver leur territoire après plusieurs milliers de km parcourus passionne la curiosité humaine depuis des siècles. Tout ce que l’on sait c’est que ces oiseaux utilisent pour s’orienter d’une part des repères visuels, géographiques, des astres (soleil, lune, étoiles) et enfin le champ magnétique terrestre. Plus précisément, nous savons désormais que pour s’orienter, ces oiseaux se servent de compas biologiques internes. 

    Et nous êtres humains, comment nous orientons-nous quand nous voulons atteindre un but ?.  En général, les outils sont la réflexion, la bonne méthode, la logique, la sagesse et l’intelligence et le risque… qui seront nécessaires à toute réussite. 

    Tout cela varie en fonction du type d’activités évidemment.  

    En tant que chrétien, que l’on veuille s’orienter d’une manière individuelle dans  notre vie ou d'une manière collective dans l'église,  nous avons besoin du Saint-Esprit qui nous donne sagesse et discernement divin.  Le Saint-Esprit, la prière  et la Parole de Dieu nous aident à discerner et à suivre les directives de Dieu pour atteindre le but. 

    De la même manière que les oies possèdent un « compas biologique interne », nous avons un indicateur important en nous qui nous pousse dans une direction : notre esprit en communion avec l'Esprit de Dieu. 

    Par exemple, Siméon dans Luc 2 :25-27 : « Or voici, il y avait à Jérusalem un homme qui avait nom Siméon, et cet homme était juste et craignant Dieu, et il attendait la consolation d’Israël; et le Saint-Esprit était en lui. Et il avait été averti divinement par le Saint-Esprit, qu’il ne mourrait point, que premièrement il n’eût vu le Christ du Seigneur. Lui donc étant poussé par l’Esprit vint au Temple; et comme le père et la mère portaient dans le Temple le petit enfant Jésus, pour faire de lui selon l’usage de la Loi... »

    Dans Actes 18:5 :  « Et quand Silas et Timothée furent venus de Macédoine, Paul étant poussé par l’Esprit, témoignait aux Juifs que Jésus était le Christ. ». 

    Cela peut nous arriver parfois aussi : nous pouvons sentir une impulsion, une conviction, une orientation particulière pour nous conduire ou nous pousser à faire une chose spécifique. Laissons-nous conduire par l’Esprit de Dieu.

     Et ce qui est important de savoir, c’est que  l’Esprit nous conduira dans la limite de la Parole de Dieu; Il nous conduira toujours à faire ce qui est juste et agréable à Dieu, et pour Sa gloire;  comme le dit l’apôtre Paul aux Romains : " afin que tous ensemble, d’une seule bouche, vous glorifiiez le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ."  (Romains 15:6).

    Puissions-nous utiliser les moyens et les capacités que Dieu nous donne pour atteindre le but, la destination que Dieu a prévue pour nous tous, ensemble !  

       

     Article : Eliane Copus-Servais 

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires