• Telle que je suis, tel qu'Il Est

    Dieu m’accepte telle que je suis !

    Il m’a tellement aimée, qu’il a donné sa vie pour moi,

    Il s’est laissé clouer sur une croix comme un malfrat…pour moi !

    Sa venue, ses leçons, ses miracles, son sacrifice, sa résurrection, je ne peux les nier

    Ce que Christ a fait pour moi - pour nous tous - me dépasse !

    Comment un Dieu si grand a pu s’intéresser à moi au point de quitter son Ciel de gloire

    Et devenir homme sur terre et, pour me rendre libre, souffrir tant dans sa chair. 

    Son Salut bénit mes jours, quelle joie pour moi qui étais privée du bonheur éternel,

    De devenir l'enfant bien-aimé du bienveillant Créateur et Sauveur !

      

    La  porte du Ciel  m’a été ouverte, gracieusement.

    Douter de son amour, de son offre de Salut, lui est une telle offense !

    Je ne veux pas briser son cœur une fois de plus à cause de mon incrédulité.

    Il a payé le prix pour moi, pour tous, une fois pour toute. 

    Nul besoin de gagner mon salut par mes propres forces. Il a tout accompli !

    Nul besoin de me lamenter sans cesse sur mon indignité : sa grâce m’accepte telle que je suis !

    Mon coeur humble et repentant devant Lui m’a permis un nouveau commencement ;

    Me consacrer entièrement à Lui me fait entrer dans sa glorieuse Présence

    Pour le connaître et l’aimer  tel qu’Il EST,

    Lui l’Eternel, le « Je suis » de toute éternité, manifesté en Jésus-Christ ! 

     

     Il n’est pas un Dieu mort, enfermé dans une religion, tradition et rites,

    Non pas un Dieu que je fabrique à ma convenance, superficiel et irréel,

    Non pas un Dieu oublieux et distant lors de mes épreuves, maladies et difficultés,

    Il est « Emmanuel »,  Dieu avec moi,  mon Berger qui prend soin de moi,

    Qui conduit mon âme dans les verts pâturages.

     

    J’honore le Dieu unique, trois fois Saint, qui se respecte et se craint,

    Je loue Dieu  pour Son Esprit qui est pour moi, avec moi et en moi 

    Et qui me soutient et me fait marcher pas à pas vers ma destinée éternelle, Maranatha !

    Que le nom de l’Eternel soit béni

    Dès maintenant et à jamais !

    Telle que je suis, tel qu'Il Est

     


    votre commentaire
  • ***

    « Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17:3).

    « Mais si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de lui. » (1 Corinthiens 8 :3).

    ***

    Dieu te connaît-il ?

    Ces 2 versets nous montrent 2 choses importantes :

    1)       Les chrétiens sont appelés à connaître  le Dieu véritable

    2)       Dieu désire nous connaître personnellement.

    Une vraie relation se construit d’une manière active des deux parties et a toujours pour but de se connaître mutuellement. Ce n’est pas parce que Dieu est invisible, grand et puissant qu’il faut le voir comme Quelqu’un de distant, inapprochable et qui nécessiterait des intermédiaires pour accéder au Trône de Sa grâce.. Il n’est pas un Dieu qui refuse de s’intéresser à chacun et qui ignore les prières.  Non, notre Dieu est proche et veut une véritable relation directe, un « cœur à cœur » avec ses enfants. Son désir ardent d’avoir une relation intime avec l’être humain s’est accompli par Son Fils bien aimé le Christ qui est le seul chemin pour accéder au Père. Puissent les croyants comprendre cette importante dimension de la relation d’amour que Dieu leur offre pour la vivre dès à présent et pour l’Eternité !
     

    1)  Les chrétiens sont appelés à connaître le Dieu véritable : « Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17:3).

    Le verbe « connaître » a un sens fort dans la Bible. Il signifie « pénétrer dans l’intimité ». C’est avoir une relation très intime et personnelle. 

    PARCOURS POUR CONNAITRE DIEU :

    Dieu te connaît-il ?

    -      Nouvelle naissance spirituelle : c’est le début ! Voir Jean 3 :3-7« naître de nouveau » , c’est naître d’en haut, cela englobe le fait de « devenir enfants de Dieu » par la foi dans le nom de Jésus-Christ.  Avant notre conversion à Christ, notre esprit était mort, perdu dans les ténèbres, nous ne pouvions pas avoir une relation avec le Dieu Saint. Quand nous nous repentons sincèrement et désirons suivre Jésus, le Saint-Esprit  nous amène la vie dans notre esprit : sans cette étape de la nouvelle naissance spirituelle, nous ne pouvons vivre une relation authentique avec le Dieu véritable.

    -      Lecture de la Bible, les Ecritures inspirées :  Les Ecritures nous offrent de formidables richesses qui nous font découvrir l’Eternel, le Dieu créateur, Jésus-Christ, les histoires du peuple d'Israël et les débuts de l’Eglise…  Elle nous présente les valeurs de Dieu, son amour, sa sainteté, sa sagesse, ses promesses et ses avertissements… Elle nous fait grandir dans la foi et l’espérance.
     

    -        La mise en pratique des instructions de Dieu, par le Saint-Esprit : En découvrant petit à petit la Personne divine, nous comprenons et désirons faire la volonté de notre Père pour vivre les bénédictions qu’Il a pour nous. L’Esprit Saint nous a été donné pour nous rendre capables de mettre en pratique (obéir) à ses directives, ce qui est agréable à notre Seigneur. Nous pouvons ainsi vivre sa faveur et vivre une amitié avec lui, selon la déclaration de Jésus à ses disciples : « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j’ai appris de mon Père »  (Jean 15 :14-15).

    -      Ecouter ce que nous dit l’Esprit de Dieu.  La prière et l’écoute sont essentielles pour entendre de mieux en mieux le Seigneur. Exerçons notre « oreille spirituelle »pour écouter sa voix et ce qu’il a à nous dire et à nous enseigner.  Jésus a dit : « Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. Mais le consolateur, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. » (Jean 14 :26).

    -      Connaitre les sentiments de Dieu  : une intimité est faite de sentiments, nous ne sommes pas des religieux, Dieu n’est pas un être impersonnel et froid, non, il a des émotions tout comme nous, qui sommes créés à son image.
     Et il veut transmettre ce qu’il ressent et c’est par le Saint-Esprit qu’il le fait. La Bible nous parle de nombreuses fois des sentiments de Dieu envers son peuple ! « Vivons » ses émotions, soyons sensibles à ce qu’il éprouve.  La Bible nous dit notamment que l’on peut attrister le Saint-Esprit.  L’Esprit de Dieu est sensible, il a des émotions de tristesse, de joie, de satisfaction, etc…  C’est pourquoi il est important, nous aussi, d’être sensibles et attentifs à l’Esprit de Dieu, sinon notre cœur s’endurcit et nous ne pouvons pas vivre la bénédiction de la relation divine.

    Dieu te connaît-il ?

    -    Le connaître dans une passion partagée. La  relation la plus intime qui soit, c’est un amour passionnel ! L’apôtre Paul dit : “Car je suis jaloux à votre sujet d’une jalousie de Dieu, parce que je vous ai fiancés à un seul époux, pour vous présenter au Christ comme une vierge pure(2 Co 11.2).
    Dieu prépare Son Eglise bien-aimée à être sans taches ni rides comme une vierge pure, pour la présenter à Christ !  Sans une relation intime, on ne peut pas faire partie de cette Epouse spirituelle ! Entretenons cette passion, et si elle faiblit, la grâce de Dieu est toute suffisante pour nous la ranimer ! Demandons-lui de vivre cette passion,  Il le fera, car cela lui est très agréable !!

    2) Dieu désire nous connaître personnellement  « Mais si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de lui» (1 Corinthiens 8 :3)

    Il y a un autre verset important qui montre que le fait de se dire chrétien et même d’œuvrer en son nom ne suffit pas pour que Dieu le connaisse personnellement. 

    « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom ? N’avons-nous pas chassé des démons par ton nom ? Et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom ? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité » (Mathieu 7 :21-23).

    Certes, les chrétiens sont appelés à manifester la grâce de Dieu par le Saint-Esprit en guérissant les malades, en délivrant les captifs et autres manifestations de puissance. Mais ces actions sont toujours en  soumission à Dieu, dans l’amour et l'équité.  Le contexte de ce verset ci-dessus parle des « faux prophètes » et cela peut s’attribuer évidemment pour n’importe quel ministère œuvrant de « la part de Dieu ». Il est bon de s’arrêter sur cet avertissement car Dieu dit « je ne vous ai jamais connus. » et il les rejette à cause de leur iniquité.

     Dieu te connaît-il ?

    Dieu te connaît-il ?

    C’est sûr, Dieu est omniscient, il connaît tout, il connaît les humains, il voit leur cœur  « Du lieu de Sa demeure Il observe tous les habitants de la terre, …Il est attentif à toutes leurs actions. » (Psaume 33 :14).  MAIS il y a une dimension dans la connaissance de  ses enfants à laquelle il tient particulièrement. C’est l’authenticité de leur relation avec Lui !

    Nos activités, nos « bonnes œuvres », nos dons de puissance, nos prouesses  aussi extraordinaires soient-elles, même celles faites ‘au nom de Jésus’ n’impressionnent pas du tout le Seigneur.! En fait, ce qu’Il cherche, ce sont des personnes qu’Il veut bénir à cause de leur obéissance dans leur marche par l’Esprit, leur droiture, leur authenticité et leur amour pour Lui.  Ces personnes vont attirer l’attention de Dieu qui leur donnera Sa faveur..et une récompense dans l’Eternité.!

    Donc, ne soyons pas impressionnés par les personnes qui font des actes de « puissance », qui prophétisent ou opèrent des guérisons et miracles, etc…Ne nous illusionnons pas non plus sur nous-mêmes.  Certains chrétiens - peut-être plus qu’on ne le croit - peuvent avoir une grande foi pour produire des miracles mais sont rejetés par Dieu parce qu’ils demeurent dans le péché, ils n’ont pas crucifié leur chair, leur nature pécheresse. Les œuvres de ces derniers sont sans valeur devant Dieu parce qu’elles n’étaient pas des œuvres que le Seigneur leur commande de faire, et donc ils n’agissaient pas selon la volonté du Père ; leurs œuvres provenaient de leur propre volonté qui sont des œuvres mortes.

    Ceux qui auront le privilège d’être vraiment connus de Dieu et donc accueillis dans l’Eternité avec Lui,  sont ceux qui alignent leur vie à la ressemblance de Christ, portant du fruit. Le Seigneur voit les cœurs et motivations, Il connaît la qualité de notre relation avec Lui.

    « Mais si quelqu'un aime Dieu, celui-là est connu de lui. » (1 Corinthiens 8 :3)

    «Je connais mes brebis, et elles me connaissent » (Jean 10 :14), 

    « Mes brebis écoutent ma voix et moi je les connais et elles mes suivent (obéissent). »(Jean 10 :27). 

     « Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent; et quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité » (2 Timothée 2 :19). 

     

    Article rédigé par Eliane Copus-Servais


    votre commentaire
  • JESUS REVIENT ! Préparer la voie du Seigneur

    Comme au jour du Prophète Elie

    Pour cet encouragement à nous préparer au retour de Jésus, je vais vous présenter une famille particulière de la Bible bien connue et symbolique par la signification de leurs prénoms :  

    Zacharie - Elisabeth et Jean

     

    L’attente de la promesse

    400 ans d’attente depuis les  paroles du prophète Malachie qui avait annoncé - de la part de Dieu - le jugement divin réservé aux impies MAIS une merveilleuse promesse « le soleil de justice se lèvera, et la guérison sera dans ses rayons »  (Mal. 3 :20) pour ceux qui craignent le nom de l’Eternel et lui obéissent.  La dernière prophétie de l’Ancien Testament disait que le Seigneur Lui-même allait venir dans la personne du Messie qui les délivrerait de l’injustice et de l’oppression.  Il était dit que la venue de ce Messie devait être préparée par un prophète : « Voici, je vais vous envoyer Élie, le prophète, avant que n’arrive le jour de l’Eternel, ce jour grand  et redoutable de l’Éternel vienne. Il ramènera le coeur des pères à leurs enfants, et le coeur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays de destruction. » (Malachie 4 :5-6).

    400 ans de silence…dans un monde où apparaît de plus en plus le contraste entre ceux qui craignent l’Eternel et ceux qui le méprisent. Les méchants et les hypocrites prospèrent et les justes sont opprimés, éprouvés, incompris.  Le « résidu » de fidèles juifs sait que Dieu  reste attentif à tout ce qui se passe car Il leur avait fait une promesse, celle de les épargner du jugement comme un père a des égards, une intimité particulière envers son fils qui le sert…  Mais le temps passe…Jusqu’à quand l’accomplissement de cette promesse libératrice ?

    Comme au jour du Prophète Elie

    Et Dieu se souvient !

    Et Dieu se souvient de sa promesse ! Le Seigneur commence à préparer la venue du « prophète Elie », suivie de près de la venue du Messie promis.  Sur terre, Dieu agit dans les cœurs de quelques personnes  juives, simples et pieuses qu’Il a choisies pour Son Plan.  Dans les cieux, Il ordonne à l’ange Gabriel d’amener des messages tout spécifiques. Le temps de la Grâce arrive : ce qui a été prévu dans les Cieux va s’établir sur la terre ! Le Royaume de Dieu s’approche…

    Et soudain, sur la scène apparaît une famille toute particulière  (Luc 1) ; je voudrais attirer votre attention sur la signification de leur prénom qui est symbolique :  

    • Zacharie, prêtre sacrificateur va accomplir sa fonction dans le temple, désigné par le sort cette année… Pour lui, cela représente quelque chose de très honorable et solennel : offrir le parfum au Temple était un moment longtemps attendu car il ne se produisait alors guère plus d’une fois dans la vie d’un sacrificateur.
      Zacharie signifie : "Dieu se souvient"

    • Elisabeth, descendante d’Aaron, très pieuse et irréprochable… mais stérile. Dieu a-t-il entendu ses prières pour la délivrer de sa honte et souffrance (à l’époque la valeur d’une femme se mesurait surtout à sa capacité d’avoir des enfants). Dans son âge avancé, quoi espérer encore ? Est-ce que Dieu pourrait encore accomplir ce qu’Il a promis ? Elisabeth aurait-elle oublié ce que veut dire son prénom ?
      Elisabeth signifie : "Serment de Dieu" ou "Dieu a juré"

      La vie de ce couple pieu, stérile, a été imprégnée de prière.  En tant que prêtre sacrificateur, le rôle de Zacharie était entre autre d’intercéder pour le peuple et de persévérer dans la supplication pour la venue du Rédempteur promis.  Et en tant que mari, il avait dû certainement beaucoup prier pour un fils afin d’assurer sa descendance. 

      Et la percée se fait enfin ! Le ciel s’ouvre pendant que Zacharie officie au temple : un ange lui apparaît pour annoncer l’exaucement : Zacharie et Elisabeth - ou selon la signification de leurs prénoms « Dieu se souvient de son serment »-  vont avoir un fils qui s’appellera Jean ! Dieu a brisé la stérilité pour amener la vie, non seulement pour leur couple mais aussi et surtout pour la délivrance du peuple juif : Jean sera le précurseur du Messie ! Le Messie qui brisera le pouvoir de la mort.

    Comme au jour du Prophète Elie

    • Jean : Dieu suscite un dernier prophète : Jean (appelé plus tard Jean Baptiste car il baptisait beaucoup de gens en signe de repentance). Jean était celui dont parlait le prophète Malachie : le prophète Elie qui allait préparer le chemin du Seigneur Jésus en interpellant le cœur du peuple à le recevoir.
      C’est le début de l’ère de la grâce de Dieu dans l’histoire de l’humanité. 
      Jean signifie : "L'Eternel fait grâce"

      « …C’est alors que la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert, et Jean parcourut toute la région du Jourdain, il prêchait le baptême de repentance pour le pardon des péchés, conformément à ce qui est écrit dans le livres des paroles du prophète Esaïe : c’est la voix de celui qui crie dans le désert : ‘préparez le chemin du Seigneur, rendez ses sentiers droits…et tout homme verra le salut de Dieu ».
      Jean Baptiste a accompli sa mission difficile, en laissant place à Jésus-Christ qui accomplira son ministère d’abord pour les brebis d’Israël et ensuite élargi pour le salut de toutes les nations.

      Etre des « Zacharie » et des « Elisabeth »
      attendant la promesse du retour de Jésus !

      Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où le contraste entre ceux qui craignent l’Eternel et ceux qui le renient ou le méprisent se fait de plus en plus grand, tout comme du temps de Malachie (et même pire, je dirais car nous sommes dans la fin des temps où l’apostasie grandit et l’iniquité augmente).  Il y a une différence entre ceux qui ne le servent pas et ceux qui le servent d’un cœur pur.

      « Que celui qui est injuste soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore; et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore. » (Apocalypse 22 :11).

       

      Le verset suivant (Apoc. 22 :12) « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son oeuvre. » invite les chrétiens à être justes, fidèles et persévérants dans l’attente de cette promesse, de cet événement exceptionnel : le retour de Jésus.

      Ma prière est que Dieu lève encore des « Zacharie (« Dieu se souvient ») et des « Elisabeth » (« Serment de Dieu »), des chrétiens qui continuent à veiller et prier, qui produisent du fruit par la Vie de Christ en eux !  Qu’ils continuent à s’appuyer sur la Parole de Dieu dans la foi et l’espérance, car ce que Dieu a promis, Il l’accomplira.

      « Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. » (Actes 1 :11)

      Etre des « Jean » - l’esprit d’Elie
      dans la "moisson"

      Jean avait été annoncé comme venant avec l'esprit et la puissance du prophète Elie (Luc 1:17, Matthieu 17 :12-13). Tous deux avaient des points communs : la manière dont ils vivaient et étaient vêtus et surtout le but de leur ministère : prêcher, toucher les cœurs pour amener les pécheurs à revenir à Dieu en annonçant la repentance. Ils avaient beaucoup de zèle et de détermination à agir au nom de la Vérité.

      Aujourd’hui, nous sommes encore au jour de la grâce. Tout comme Jean Baptiste (« l’Eternel fait grâce »), qui préparait la venue de Jésus en prêchant la Vérité et la repentance, l’Eglise est là pour être, plus que jamais, témoin de la grâce de Christ et est appelée à préparer ainsi le retour de Christ. Que Dieu lève des hommes et femmes consacrés qui prient dans la puissance du Saint-Esprit, et qui agissent dans le caractère et la puissance de l’ « esprit d’Elie », dans le zèle, déterminés à défendre la Vérité pour amener des coeurs repentants au Père.

      "Celui qui atteste ces choses dit: Oui, je viens bientôt. Amen! Viens, Seigneur Jésus! Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous!" (Apoc ; 22 :20).

    Article : Eliane Copus-Servais


    4 commentaires
  • Le Proverbe 8 est magnifique !

    Il exhorte l’homme à acquérir la sagesse divine et c’est vraiment important car elle est opposée à la sagesse humaine, de ce monde. Ami chrétien, demandons-la surtout dans ces temps difficiles comme Jacques le conseillait dans son épître : « Mais si quelqu’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne à tous simplement et sans reproches, et elle lui sera donnée. » (Jacques 1 :5).

    Le livre des Proverbes est riche de bon sens, de conseils… et j’ai été vraiment interpellée notamment par le passage de Proverbes 8 : 22-31 : c’est le sommet du livre des Proverbes car l’auteur PERSONNIFIE la Sagesse où elle se révèle dans son existence éternelle.

    La Sagesse, une Personne !

    « L’Eternel me possédait tout au début de son activité et avant d’entreprendre les plus anciennes de ses œuvres.23 Oui j’ai été formée dès les temps éternels, bien avant que la terre fût créée.
    24 J’ai été enfantée avant que l’océan existe et avant que les sources aient fait jaillir leurs eaux surabondantes.25 Avant que les montagnes aient été établies, avant que les collines soient apparues, j’ai été enfantée.26 Dieu n’avait pas encore formé la terre et les campagnes ni le premier grain de poussière de l’univers.27 Moi, j’étais déjà là quand il fixa le ciel et qu’il traça un cercle autour de la surface du grand abîme.28 Et quand il condensa les nuages d’en haut, quand il fit jaillir avec force les sources de l’abîme, 29 et quand il assigna à la mer des limites pour que ses eaux ne les franchissent pas, quand il détermina les fondements du monde, 30 je me tenais bien fermement à ses côté comme son Maître d’œuvre me livrant sans cesse aux délices[
    e],et jouant en tout temps en sa présence. 31 Je jouais sur sa terre dans le monde habité, et trouvais mes délices dans les êtres humains» 

    L’auteur israélite était inspiré en personnifiant la Sagesse mais étant donné qu’il était encore sous l’Ancienne Alliance, il interprétait cette sagesse comme étant simplement un attribut de Dieu, puisque Dieu ne s’était pas encore révélé clairement par Son Fils  En fait, on peut y découvrir que cette « Personne », est le Fils de Dieu, le Christ.

    « Or, nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les non-juifs, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, qu’ils soient juifs ou non. »

    La Sagesse était présente avant la création !! 

    Sagesse, une Personne !

    « L’Eternel me possédait au commencement de son activité, avant ses œuvres les plus anciennes. J’ai été établie depuis l’éternité, dès le début, avant même que la terre existe. J’ai été enfanté quand il n’y avait pas de mer, pas de source chargée d’eau…Quand il disposait les cieux, j’étais là … » (Prov. 8 : 22)

    On voit ici que la Sagesse est éternelle : elle était là dès le commencement, et a participé à la création - ce qui nous fait penser au verset de Jean 1 :1 : « Au commencement était la Parole ; et la Parole était auprès de Dieu ; et la Parole était Dieu.  Elle était au commencement auprès de Dieu. Toutes choses furent faites par elle, et sans elle pas une chose ne fut faite de ce qui a été fait. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes… » (Jean 1 :1-4).

    L’expression « j’ai été enfantée » ne veut pas dire que la sagesse divine ait été créée : en langage poétique, ce terme met en évidence que la sagesse découle de Dieu. Dire que la sagesse ait été créée dans le temps signifierait que Dieu aurait un temps existé sans sagesse, ce qui ne tient pas debout !

    Le terme « enfanté » montre la grande proximité dans leur nature divine entre le Père et le Fils. Le Fils était dans le « sein » même du Père.  « Jésus disait à son Père (dans Jean 17 :24) : « Tu m’as aimé avant la fondation du monde ».

    La Sagesse est aussi l’artisan qui a réalisé la création (v. 30).  Le Fils n’a jamais été créé mais il est à l’origine de tout ce qui est venu à l’existence. Toute la création, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, dans son ordre parfait, parle de la Sagesse infinie de son Créateur. Avant le commencement de la création, la Sagesse était « établie », « ointe » pour remplir cette fonction. 

    Hébreux 1 :2 : « ……à la fin de ces jours-là, nous a parlé dans le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel  il a aussi créé le monde, et qui était le reflet de sa gloire… »

    Colossiens 1 :16,17 : « Car en lui (Christ), ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pur lui. Il est avant toutes choses et toutes choses subsistent en lui. »

    La Sagesse est les délices de Dieu !!

    Merveilleuse Sagesse divine !!

    « …quand il décrétait les fondements de la terre : j’étais alors à côté de lui son nourrisson, j’étais ses délices de tous les jours, toujours en joie dans sa présence. » (Prov. 8 :30)

    Le « Fils de Son amour » était dans l’éternité la joie du cœur du Père. Ils étaient ensemble, unis dans une joie partagée, dans un bonheur éternel.

    L’amour existait depuis toujours entre le Père et le Fils. Et cet amour divin désirait aller au-delà de ce cercle intime : Dieu aime les humains,  Il nous a toujours aimés,  et est passé au-delà du péché de l’humanité entière  pour manifester sa grâce.

    Ce  Fils Bien-aimé, le Père l’a certifié d’une manière audible aux hommes lors du baptême de Jésus : « Et voici une voix qui venait des cieux, disant: Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui j'ai trouvé mon plaisir. » (Matthieu 3 :17).

     La Sagesse prend plaisir dans les hommes !!

    Sagesse, une Personne !

    «Je me réjouissais en la partie habitable de sa terre et mes plaisirs  étaient  avec les enfants des hommes.» (Proverbes 8 :31).

    N’est-ce pas merveilleux de savoir cette vérité ?  « Mes délices étaient dans les fils des hommes » !

    Ce sont les sentiments de Christ pour nous.

    Voici un extrait d'un texte tiré de "Le Seigneur est proche" (écrit par H: Smith) qui décrit bien les sentiments de Christ pour ses rachetés.

    "Ses désirs se portent vers nous. C’est pourquoi, pour gagner notre cœur, il est devenu un Homme, pauvre et solitaire, un Homme connaissant la fatigue et la soif.  Il a souffert, son sang a été répandu et il entré dans la mort pour que nous lui soyons rendus semblables. ….

    C’est un peu comme s’il nous disait « Je désire vous avoir près de moi, je peux me passer de vos biens, de vos compétences, et même de votre service, mais je ne peux pas me passer de vous. Je désire tellement vous avoir près de moi que je suis devenu un homme , « le pauvre » (Psaume 41 :1), pour gagner votre cœur.  Je désire tellement vous avoir près de moi que j’ai connu la mort pour vous donner la vie et vous rendre semblables à moi.  Je désire tellement que vous soyez près de moi que je reviens bientôt pour vous, pour vous avoir avec moi. »

    Merveilleuse Sagesse divine !!Lorsque nous entrons dans ses pensées, chacun de nous peut s’exclamer avec joie : « Je suis à mon Bien-aimé, et son désir se porte vers moi » (Cantique des cantiques 7 :10).

    Son désir a été exprimé au Père quand il a dit : «Père, je veux, quant à ceux que tu m’as donnés , que là où je suis, moi, ils y soient aussi avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire. » (Jean 17 :24).

    C’est pourquoi il revient bientôt pour nous prendre auprès de lui, afin que là où il est, nous y soyons aussi. "

     

    Article : Eliane Copus-Servais.


    votre commentaire
  •  

     

    Plantés dans un terrain favorable

     Récemment, j'ai vu quelque chose d'étonnant : un arbre qui poussait dans un rocher.  Et il n'y en avait pas seulement un ! Toute une partie de la forêt était parsemée d'immenses rochers couverts de mousse et, aussi étrange que cela puisse paraître, il y avait ici et là un arbre.  

    Un examen plus approfondi a montré des crevasses dans les rochers, à travers lesquelles les racines des arbres se sont évidemment frayé un chemin à la recherche d'eau et de nourriture dans le sol.

    J'ai trouvé cela étrange ! Avec tout ce bon terrain entourant les rochers, pourquoi ces arbres n'en ont-ils pas profité pour avoir une croissance plus facile ?  Pourquoi n'ont-ils pas commencé à grandir sur un sol mou, au lieu de lutter pour survivre sur des rochers ?

    Qui a placé tout d'abord ces graines-là sur les rochers ? 

    Les arbres, bien sûr, ont été bien incapables de répondre à mes questions.  J'ai trouvé les réponses en considérant ce que Dieu nous révèle de ses merveilleuses façons d'agir.  Il emploie sa création pour nous enseigner d'importantes leçons spirituelles.

    Les chrétiens, comme les arbres, ne se plantent pas eux-mêmes.  Notre Père céleste, plein d'amour, place chacun de ses enfants dans la situation qui favorisera la production de fruits. 

    Certains doivent lutter pour survivre en se frayant un chemin pour leurs racines à travers le rocher dur de circonstances très difficiles.

    D'autres ont été plantés dans le sol tendre, d'une heureuse communion et d'une vie plus facile.

    Dans les deux cas, la pensée de Dieu est "que nous portions du fruit pour Dieu" (Romains 7:4). Cela arrivera si nous prenons conscience que ce qui importe, ce ne sont pas les circonstances, mais le contentement dans nos circonstances.Plantés dans un terrain favorable

    Paul est un bel exemple pour nous.  Il a dit : "J'ai appris à être content dans les situations où je me trouve" (Philippiens 4:11).  Apprenons aussi de Christ, l'homme humble et débonnaire, rejeté par les hommes, mais qui trouvait sa joie à faire la volonté du Père (voir Matthieu 11:18, 19,25,26,29).

     

    Texte d'après G.W.Steidl

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires