• Dès le matin (3) - Le lieu secret

     

    Le lieu secret

     "Le moment le plus propice pour s’entretenir avec Dieu se présente avant que les occupations terrestres frappent à la porte ; le matin est pour ainsi dire la crème de la journée. Écrème ta journée en donnant à Dieu de ton meilleur. David était en la présence de Dieu avant l’aube du jour : « J’ai devancé le crépuscule » (Psaume 119.148) .  . . Élève ton cœur vers le ciel au commencement du jour, et il battra plus vivement tout au long de la journée. Celui qui laisse aller son cœur vers le monde le matin le retrouvera à peine durant sa journée. Cher chrétien, consacre tes méditations matinales à Dieu . . . Veux-tu servir le monde avant lui ? Peut-il agréer cela ? Imaginons un roi et un fermier s’apprêtant à prendre un repas dans une même salle, assis à deux tables différentes et le fermier servi en premier. Le roi en serait sûrement indigné et considérerait ce geste comme un mépris de sa personne. Lorsque le monde est servi premièrement et que toutes nos pensées matinales lui sont accordées, la gloire de notre Dieu n’est-elle pas méprisée ?" Thomas WATSON

     Pour nous entretenir avec Dieu, faisons-le dès le matin, avant que les occupations terrestres frappent à la porte.  Fermons la porte derrière nous pour entrer dans l’intimité avec Dieu, dans le lieu secret. 

    « Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre et, ayant fermé ta porte, prie ton Père qui est présent dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matthieu 6 :6)

     L’intimité avec Dieu, c’est fermer la porte sur nous !Le lieu secret

    « Allez plutôt dans votre chambre et fermez la porte sur vous.  Là, seul devant Dieu, dans le silence, le calme et la décence qui conviennent à la présence d’un Dieu trois fois saint, rentrez en vous-mêmes, et vous ne tarderez pas à percevoir tout ce qui en vous fait obstacle à la vie abondante du Seigneur et empêche la plénitude de Christ d’envahir tout votre être.  Alors les écluses de votre coeur, trop longtemps bloquées par des péchés non jugés (Proverbe 28 :13) ou par un attachement immodéré aux choses permises (1 Corinthiens 6 :12) pourront s’ouvrir et des fleuves d’eau vive jailliront de votre sein ! (Jean 7 :38) »  Gaston RACINE.

    Oh que ces vérités nous donnent envie de le vivre n’est-ce pas ?  Entrer dans le sanctuaire de Dieu, se tenir dans Sa présence…. Mais est-ce si facile que cela ?‘  Pour nombre d’entre nous, NON, ce n’est pas si facile, c’est une lutte, un combat car :

    « Tout dans votre vie conspirera à vous tenir éloigné du « lieu secret ». Et chaque fois que vous succomberez, vous commencerez à échouer dans d’autres domaines. « Pourquoi la lutte est-elle si dure ? »  me demanderez-vous.  Parce que « le lieu secret » est l’endroit où vous rencontrez Dieu chaque jour pour y être instruit, corrigé, purifié, aimé, édifié et préparé pour l’avenir.  Cela peut être n’importe où, mais au moins quelque part !  Cela peut être à n’importe quel moment, mais ce doit être un moment précis. Cela doit devenir le rendez-vous le plus important de votre journée.  Ecoutez : « Il éveille, chaque matin, Il éveille mon oreille, pour que j’écoute Sa volonté » (Esaïe 50 :4) » B.G.

    Alors si il y a une lutte, c’est que cela vaut la peine de faire l’effort, de se discipliner!

    Quels sont les avantages du rendez-vous divin matinal ?

    Rappelons-nous que notre vie chrétienne n’est pas une religion faite d’obligations, de devoirs pour mériter notre bonne conduite, mais c’est une invitation à une relation d’Amour avec Notre Seigneur.  Ainsi, Dieu nous rappelle que s’Il désire un rendez-vous matinal avec l’homme, c’est pour le bénir !

    " .. l’Eternel parle; Il convoque la terre, Depuis le soleil levant jusqu’au soleil couchant. »Ps : 50 :1).

    • Il désire nous instruire :

      Je devance l’aurore et je crie ; Je m’attends à tes paroles. " (Ps 119 :47)

      Le Seigneur l’Éternel m’a donné la langue des savants, pour que je sache soutenir par une parole celui qui est las. Il |me| réveille chaque matin, il réveille mon oreille pour que j’écoute comme ceux qu’on enseigne. " (Esaïe 50 :4)

    • Il désire nous donner Ses bontés
      Le lieu secret

      "Éveille-toi, mon âme! Éveillez-vous, luth et harpe! Je m’éveillerai à l’aube du jour. Je te louerai parmi les peuples, Seigneur, je te chanterai parmi les nations. Car ta bonté est grande jusqu’aux cieux, et ta vérité jusqu’aux nues." (Ps 57 :8-10)

      "Fais-moi entendre dès le matin ta bonté, Car je me confie en toi. Fais-moi connaître le chemin où je dois marcher, Car j’élève mon âme à toi.(Ps 143 :8)

      "Les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme; elles se renouvellent chaque matin; Grande est ta fidélité! " (Lam 3 :22-23).

    • Il désire nous secourir

      " Eternel, aie pitié de nous! Nous espérons en toi. Sois notre aide chaque matin, Et notre délivrance au temps de la détresse! " (Esaïe 33 :2).

    • Il désire nous donner Sa joie


      Le lieu secret
















    • Rassasie-nous chaque matin de ta bonté, Et nous serons toute notre vie dans la joie et l’allégresse.
      " (Ps 90 :14)

    " C’est ici la journée que l’Eternel a faite: Qu’elle soit pour nous un sujet d’allégresse et de joie!" (Ps 118 :24)

    • Il désire nous renouveler dans notre vie intérieure

    "C’est pourquoi nous ne perdons pas courage. Et lors même que notre homme extérieur se détruit, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour." (2 Cor. 4:16).

    • Il désire nous donner pour donner aux autres.

    Jésus se levait souvent à l’aube pour prier car il savait ce qui l’attendait. Ce qu’Il recevait le matin lui permettait de tout donner de lui-même le reste de la journée.

    Le lieu secret

    Si nous ne passons pas de temps dans le « lieu secret », nous risquons de donner, de travailler qu’avec nos propres forces. Il est un principe spirituel qui dit que lorsque l’on prie, nous combattons de moins en moins et accomplissons de plus en plus, parce que notre travail et les tâches à accomplir seront avec Sa force à Lui. Mon mari avait l’habitude de s’isoler, non pas dans sa chambre, puisqu’il n’avait que très peu de temps pour le faire,  mais dans un coin du train qu'il prenait pour se rendre à son travail.  Il méditait des passages de la Bible et était attentif à la voix du Seigneur. Il m’a certifié qu’il était ainsi renouvelé et recevait la force nécessaire pour tenir le coup de la journée.  

    Georges Müller a dit ceci : « Le croyant peut accomplir davantage en quatre heures après avoir passé une heure à prier qu’en cinq heures sans avoir prié. »

     

     


    1 commentaire
  •  

    Dès le matin (2) - Comme la rosée

     

     

    «Nous avons besoin de chrétiens qui cherchent Dieu, et qui Le cherchent de bonne heure ; qui donnent la fraîcheur de leurs pensées et les prémices de leurs forces à leur Sauveur.  Ils s’assurent ainsi en retour la fraîcheur et la plénitude du Saint-Esprit ; Il devient pour eux comme la rosée, les remplissant de joie et de force, durant toute la chaleur et le labeur du jour.

    Notre paresse à rechercher Dieu, voilà notre criant péché… Personne ne peut vraiment saisir Dieu s’il ne le poursuit ardemment ; et aucune âme n’est dans cette ardeur, qui n’est pas dans cette recherche tôt le matin. » (E.M. Bounds).

    C’est vrai ! Christ notre modèle, ne se levait-il pas avant le jour pour se rendre dans un lieu solitaire pour prier le Père ?  David qui a  dit : « Dès le matin, je te chercherai,  le matin, tu entendras ma voix. », n’était-il pas un homme croyant désirant simplement mettre en pratique le premier commandement « tu aimeras ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée ? ».  Il cherchait Dieu avec ardeur car il avait faim et soif du Dieu vivant et c’ est pourquoi il se mettait tôt à cette discipline avant que le jour ne pointe. Et que dirions-nous d’Elie, de Daniel… et bien d’autres hommes de Dieu de la Bible et de réveil spirituel dans le monde, à différentes époques de notre ère chrétienne.

    « Les hommes que Dieu a utilisés le plus dans ce monde ont été tôt sur les genoux. Celui qui gaspille ses heures matinales, avec leurs opportunités et leur fraîcheur, en d’autres recherches que celle de Dieu, fera de bien pauvres tentatives pour L’atteindre tout le reste du jour."


    Comment gère-t-on notre réveil matinal ?

    Les chants « Dès le matin » et « Je réveillerai l’aurore » (se référer mon article précédent – Une réponse) me mènent à faire un examen sur mon réveil matinal :  comment est-ce que je le gère ? En  réalité, ce sont des vaines pensées, les soucis de la vie qui me viennent en tête en priorité ; j’ai l’habitude de passer mon temps à tourner et retourner ces pensées, négatives ou positives. Et soudain, je comprends, qu’en fait,  je GASPILLE ce temps précieux  en mettant une priorité aux choses terrestres. Résultat ? Tout cela contribue à alourdir mon âme. Je ne me rendais pas compte que l’accumulation de ces pensées et/ou les soucis de ce monde sont comme des ronces qui grandissent, jour après jour, pour commencer à étouffer la bonne terre de mon cœur et la fraîcheur de mon âme. 

    Je réalise soudain que ce que je considérais néfaste et agaçant  (me réveiller trop tôt) est en fait une aubaine pour moi  !  J’avais gaspillé tout ce temps précieux en négligeant l’essentiel : avoir une âme rassasiée dès le matin. Le Seigneur doit  occuper mes premières pensées. S’Il n’est pas l’objet de mes premiers efforts matinaux, Il demeurera à la dernière place par la suite.

    Nos premières pensées

    J’aime beaucoup ce que dit Thomas WATSON sur le sujet des premières pensées :

    « Dieu nous a accordé une place dans Ses pensées avant même notre existence.  Il pensait à nous « avant la fondation du monde » ‘Ephésiens 1 :4). Avant notre chute, il s’est préparé à nous relever. Dans le matin éternel, avant que le temps fût, Dieu pensait à nous. Si Dieu nous a accordé une place dans ses pensées avant la fondation du monde, il est fort digne de nos premières pensées journalières. Au matin, il y eut une couche de rosée (Exode 16 :13). La rosée de bénédiction descend de bonne heure, c’est le moment le plus propice pour jouir de la présence de Dieu.  Si tu veux rencontrer un ami, ne te lèveras-.tu pas de bonne heure avant qu’il sorte ? ». 

    Que symbolise la ROSEE ?Comme la rosée

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les Ecritures emploient le mot « rosée » au sens figuré, pour désigner tout ce qui, sans bruit, et même de façon invisible, apporte rafraîchissement et bénédiction, comme la rosée à la végétation.

    La rosée fournit plusieurs expressions symboliques : silencieuse, fugitive, elle enrichit et fertilise, rafraîchit et vivifie ; on lui compare les paroles encourageantes. Elle symbolise la puissance divine de résurrection.

    Un besoin pour notre être intérieur

    Me tenir dans Sa présence, c’est là la priorité du matin ! Ainsi, mon âme trouvera le repos et sera rafraîchie, comme la rosée du matin !

    Bien que notre corps (homme extérieur) se détruise petit à petit et est sans cesse affaibli par la maladie, la souffrance, le stress, la fatigue… l’homme intérieur (âme – esprit) peut être renouvelé jour après jour.    La nourriture fraîche de la Parole de Dieu et une fraîche communion avec Dieu dans la prière, rend notre vie spirituelle plus équilibrée, plus vigoureuse et peut croître par la puissance du Saint-Esprit.Comme la rosée

    Sans l’Esprit de Dieu, je suis comme une plante flétrie et stérile, qui se fane et meurt. Mais dès que cette rosée vient pour me rafraîchir, elle me ranime et me donne force, joie et douceur. 

    « Les cieux distilleront la rosée… » (Deutéronome 33 :28) 

    Quelle belle promesse : je serai visité par la grâce ; je ne serai pas abandonné à ma sécheresse naturelle, à la chaleur ardente du monde, au souffle brûlant de la tentation. Oh, que je sente dès maintenant cette douce, silencieuse et pénétrante rosée divine !  Pourquoi non ? Celui qui me fait vivre et qui fait pousser l’herbe dans les prairies en usera, à mon égard, comme il en use pour l’herbe : il me rafraîchira d’en Haut. L’herbe ne peut pas, comme moi, demander la rosée ; et le Seigneur, qui arrose les plantes sans qu’elles prient, répondra aux supplications de son enfant. »

    (Charles Spurgeon). 


    1 commentaire
  •  

    Dès le matin (1) - Une réponse 

     

    Une réponse

    Pourquoi ai-je choisi ce titre "Dès le matin" ?

    En fait c’est l’aboutissement d’une recherche personnelle que je vais vous partager.

    Nous avons besoin de vivre notre vie chrétienne dans l’équilibre : communion avec Dieu, lecture de la Parole et sa pratique, communion fraternelle. C’est une marche à suivre qu’il faut pouvoir ré-équilibrer de temps en temps,  car il est facile de nous laisser aller dans une direction où l’on met l’accent dans un domaine, tout en délaissant un autre.  C’est pourquoi, il faut revenir à l’essentiel.

    Ainsi, personnellement, ces derniers temps, toutes mes activités (participation aux réunions, écoute des prédications, communion fraternelle, lecture de la Bible…) me semblaient devenir pesantes. Saturée de prédications (certes intéressantes), de connaissances bibliques,  j’ai le sentiment constant de faire du surplace et d’une insatisfaction intérieure grandissante. Ma vie de foi semble manquer de saveur et de profondeur.  Je réalise que, comme pour beaucoup de chrétiens, on peut vite tomber petit à petit dans une vie de foi  formelle, faite d’habitudes, voire superficielle, où la source vive est toujours là mais diminue et semble petit à petit se tarir.   La forme peut être là, on peut avoir des idées et faire un tas d’activités dans notre structure et nos programmes évangéliques, mais il se peut que l'on ne connaisse plus vraiment la plénitude de Dieu dans notre vie personnelle.

     

    La Plénitude !

    Cela devrait être la recherche constante de tout chrétien né de nouveau ! Parce que c’est ce que Dieu veut pour nous !  Il veut qu’on le cherche Lui, dans une intimité plus grande.  Si notre désir est d’aimer de plus en plus Dieu, Il  fera en sorte que l’on y arrive.  Son premier commandement n’est-il pas « Tu aimeras ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée » ?  C’est là une ligne à suivre, essentielle, à ne pas oublier ! Tout ce que l’on fait doit venir de là. Ce n’est pas « faire » pour se créer une renommée qui compte, ce n’est pas « construire sa propre cathédrale », mais c’est « produire du fruit » de l'Amour, de la Justice et de la Sainteté de Dieu, par le Saint-Esprit. 

    Dieu utilisera divers moyens pour nous amener à une relation plus proche et plus intime, plus authentique avec Lui.  Cela peut se manifester, comme chez moi, par  une insatisfaction dans l’être intérieur, une attente mystérieuse, une âme soupirant après quelque chose d’autre.  

    Concrètement… 

    Alors, face à cette insatisfaction, j’ai commencé à rechercher et prier Dieu de me guider.

    Ce matin, j’ai envie de louer Dieu dans une attente particulière.  Je me dirige vers l’étagère de mes nombreux CD chrétiens et mon regard se pose directement sur un seul CD qui s’intitule« Je n’ai que toi ».  Ce titre « Je n’ai que Toi », parle en premier à mon cœur au niveau de la priorité à donner.

    Je mets ce CD,  et alors que le chant doux et paisible monte à mes oreilles, je  lis les paroles des premiers chants ;

    Dès le matin, je me tourne vers toi

    Je tends les mains, je me donne à toi

    Montre-moi le chemin qui mène jusqu’à toi

    Je t’appartiens guide mes pas.

    Les montagnes dansent,

    Et les arbres chantent que tu es là,

    Près de moi.

    Le ciel et la terre, le chant des rivières

    Me disent tu es Roi.

     -------------------------------------

    Je réveillerai l’auroreUne réponse

    Pour célébrer tes bontés,

    Je t’apporterai, Ô Seigneur,

    Le fruit de mes lèvres.

    Près de toi je suis tranquille

    Je chanterai tes louanges.

    Grandes est la fidélité que tu déploies sur moi.

     

    Je veux te louer et t’adorer à jamais

    Je veux te louer, t’aimer de plus en plus,

    Je veux te louer, et t’adorer à jamais

    Je veux te louer, Seigneur !

     ----------------------------------------

    "Dès le matin"... "Je réveillerai l'aurore".   Mais pourquoi le matin est-il si important ?

    Je ne veux pas dire qu'il ne faut pas prendre du temps le soir ou dans la journée, mais le faire "Dès le matin" semble plus bénéfique. Pourquoi ? C’est ce que nous allons découvrir tout au long de ma recherche, si vous voulez bien m’accompagner

    Mais avant de poursuivre, je vous laisse une réflexion de Keith Green qui me semble essentielle pour comprendre le besoin de mettre Dieu en priorité :

    «Si votre cœur prend plus de plaisir à lire de romans, à regarder la télévision, à aller au cinéma ou à parler à des amis,  plutôt que de rester assis seul avec Dieu pour l’adorer, partager nos soucis et nos fardeaux, pleurer et se réjouir avec Lui, alors comment allez-vous faire pour vivre toujours et à jamais en Sa présence … ?  Vous serez ennuyés aux larmes dans le ciel, si vous n’êtes pas enthousiastes au sujet de Dieu maintenant ! »

     

     

    (A suivre)

    Article : Eliane Copus-Servais


    1 commentaire
  •      L'hirondelle ne fait pas le printemps...et encore !

    Aujourd’hui, nous voyons beaucoup moins d’hirondelles dans nos régions que dans le passé. Un ornithologue pourrait expliquer ce phénomène de disparition bien mieux que moi. Mais je me souviens du temps où l’on voyait  un nombre assez impressionnant d’hirondelles sur les lignes électriques de nos villages. Leur vol gracieux, ponctué de virevoltes, me faisait lever la tête pour les observer haut dans le ciel en disant :

    "Hirondelle volant haut, le temps sera beau, hirondelle volant bas, bientôt il pleuvra ! "

    Un autre proverbe qui est bien resté et qui est toujours d’actualité :

     " Une hirondelle ne fait pas le printemps" est l'objet de ma méditation.

    Cette expression nous vient du grec, et signifie qu'il ne faut pas tirer de conclusions hâtives, ou qu'il ne faut pas faire une généralité d'un fait isolé. En effet, s'il nous arrive parfois de voir une hirondelle, ce n'est pas pour autant que le beau temps va arriver tout de suite ! On ne peut pas en faire une généralité !

    Cette vérité peut s’appliquer dans bien des cas.  Se tromper sur une situation, un fait, une personne en faisant des conclusions bien trop hâtives, et erronées, peut poser bien des problèmes !  Et pourtant c’est courant. L’être humain a toujours eu cette fâcheuse tendance à juger et tirer des conclusions d’après les apparences. 

    1) Il ne faut pas tirer de conclusion hâtive à partir d'une situation ou d'un élément connu.

    Trop souvent, on se base sur un fait pour en faire une généralité. Dans ma vie, j'ai appris que chaque cas est différent, un cas n'est pas l'autre : ne tirons pas de conclusions et ne prenons pas de décisions trop rapidement. Notre façon de voir les choses pourrait mettre dans l'embarras des personnes, les blesser, leur gâcher même la vie.  Il est si important d'avoir de la sagesse et du discernement ! 

    . Des exemples bibliques

    Même ceux qui connaissent bien Dieu et Ses principes peuvent se tromper!

    • Le cas de Jobhomme craignant Dieu, il se retrouve dans une terrible épreuve.  Ses amis, remplis de connaissance et de bonnes valeurs, ont mal interprété la cause du malheur qui frappait le pauvre Job. Très instruits et très expérimentés, ils lui déballaient des beaux discours, pensant le conseiller pour le sortir d’affaire. Mais ils étaient à côté de la plaque, faisant finalement plus de tort à leur ami.  Job n’a pas accepté les discours de ses amis, non par orgueil mais ça ne sonnait pas, cela ne correspondait pas à ce qu’il avait au fond de son cœur. Il voulait une réponse directement de Dieu, qui est intervenu, lui donnant une réponse complètement différente de celle de ses amis.! (Voir le Livre de Job)

    • Le cas de Pierre (Actes 10:9-15) : "Pierre monta sur le toit, vers la sixième heure, pour prier.  Il eut faim et il voulut manger.  Pendant qu'on lui préparait à manger, il tomba en extase.  Il vit le ciel ouvert, et un objet semblable à une grande nappe attachée par les quatre coins qui descendait et s'abaissait vers la terre, et où se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre et les oiseaux du ciel. Et une voix lui dit : Lève-toi, Pierre, tue et mange.  Mais Pierre dit : Non, Seigneur, car je n'ai rien mangé de souillé ni d'impur. Et pour la seconde fois, la voix se fit encore entendre à lui : Ce que Dieu a déclaré pur, ne le regarde pas comme souillé."

    En fait, Dieu voulait l'envoyer chez Corneille, un homme non-juif qui était alors considéré comme "impur" parce qu'il était étranger. Pierre expliqua plus tard : "Vous savez, leur dit-il, qu'il est défendu à un Juif de se lier avec un étranger ou d'entrer chez lui, mais Dieu m'a appris à ne regarder aucun homme comme souillé et impur." (verset 28).  

    2)  Il ne faut pas se fier trop vite aux apparences !

         L'hirondelle ne fait pas le printemps...et encore ! On vit dans un monde où le "paraître" a pris énormément de place ! On prête une grande importance à l'image de soi, à l'image que l'on veut donner de soi-même aux autres.  On regarde l'autre d'après des critères personnels, des concepts tout établis...Oui, l'homme regarde à ce qui frappe les yeux !

    Rien de nouveau sous le soleil ! Nous rencontrons de tels faits dans la Bible :

    • David, dans 1 Samuel 16 :6-13 : Le prophète Samuel est envoyé par     L'hirondelle ne fait pas le printemps...et encore ! Dieu chez Isai pour oindre un de ses fis comme futur roi.  En voyant un des fils, Eliab, Samuel se dit « Certainement, celui que l’Eternel désigne par onction est ici devant lui ;  Mais l’Eternel dit à Samuel : « Ne prête pas attention à son apparence et à sa grande taille, car je l’ai rejeté. En effet, l’Eternel n’a pas le même regard que l’homme : l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur. »…Finalement c’est David, le plus jeune fils, oublié parce qu’il gardait les brebis, que l’Eternel avait choisi comme futur roi.

    • Anne : Un sacrificateur au service de Dieu, Eli, s’est lui aussi bien trompé en observant une femme qui priait dans le Temple : Anne, une femme stérile vidait son cœur devant Dieu, en exprimant sa douleur de ne pas avoir d’enfant.  Eli en a déduit qu'elle était ivre !  Voilà comment un regard humain peut vite condamner une personne qui a, en fait, le cœur pur devant Dieu…

      Dieu juge sur la foi et l’attitude, pas sur les apparences. Puisque lui seul peut voir ce qu’il y a dans le cœur, lui seul peut juger. Que faisons-nous pour notre beauté intérieure ?

      «Ne portez de jugement contre personne et Dieu ne vous jugera pas non plus; ne condamnez pas les autres et Dieu ne vous condamnera pas; pardonnez aux autres et Dieu vous pardonnera.» (Luc 6:37).

    Les préjugés

    Préjuger : juger sans examen, donner prématurément une opinion sur quelque chose ou quelqu’un. 

    Qui n’a pas été victime de préjugés des autres et qui n’a pas eu des idées toutes reçues sur des personnes ? Ces préjugés peuvent entraîner une idéalisation d’une personne, ou au contraire une mésestime, voire une condamnation de la personne !

    Jésus Lui-même a été confronté à ce genre de personnes : les pharisiens ! 

    Les pharisiens avaient un problème de préjugé.   Ils l'ont soupçonné  suite à la guérison d'un paralytique, disant « Qui peut pardonner les péchés, si ce n'est Dieu seul ? » (Luc 5.17 – 20)  Ils ont murmuré quand Jésus a mangé avec « les péagers et les pécheurs » (Luc 5.27 – 39). Ils ont murmuré, le jour du sabbat, quand il a travaillé et guéri un homme à la main sèche (Luc 6.1 – 11).  Ils ont pensé du mal de lui quand ses pieds ont été lavés par la pécheresse  (Luc 7.36 – 50).   Ils l'ont accusé d'avoir chassé les démons par Béelzébul (Luc 11.14 – 26).  

    Nous nous accordons facilement le droit de penser et de nous forger une opinion sans aucun fondement.  Notre tendance est de penser que notre analyse est la meilleure (analyse qui se fonde sur nos expériences personnelles, sur notre culture, sur notre éducation, etc) que l’on croit juste et sans faille. Il est donc très facile et rapide de se faire une opinion, de soupçonner quelque chose et d’en tirer nos propres conclusions sans prendre la peine de vérifier.

    Parfois même, nous transmettons nos impressions autour de nous et à la fin la personne concernée est cataloguée sur quelque chose qui est faux.

    La clé : le dialogue !

    Le dialogue, la recherche d’explication, l’échange et la communication permettent bien souvent d’éviter les idées toutes faites. Avant de préjuger ou de soupçonner de quoi que ce soit renseignons-nous et si possible directement auprès de la personne concernée, libre à elle de nous dire la vérité ou pas. Pour éviter tout malentendu, ne nous adressons pas, ou n’écoutons pas les intermédiaires mais adressons-nous directement à la personne concernée, cela peut éviter bien des dégâts ! 

     « L’hirondelle ne fait pas le printemps »… oui  mais elle l’annonce !

    Une hirondelle ne fait pas le printemps, bien sûr, mais elle participe toutefois à l’annonce de cette renaissance.

    Je me souviens que lorsqu’on voyait apparaître les hirondelles, on criait d’un air joyeux : « Les hirondelles sont revenues !! ». Selon notre mentalité, elles étaient en quelque sorte les annonciatrices de la nouvelle saison bienheureuse : le printemps tant attendu !!

    Le printemps, c’est l’espoir,

    L’avenir en devenir.  

         L'hirondelle ne fait pas le printemps...et encore !

    S’il est dangereux de se fier à l’apparence, nous l’avons vu,  laissons à Dieu le soin de juger et regardons les choses d’une manière positive en sachant que pour chaque personne et situation, il peut y avoir un « printemps » qui est annoncé ! 

    Ne nous précipitons pas à classer les choses que l’on voit d’une manière définitive, car dans la vie, nous sommes tous en mouvement et les choses peuvent changer et aller vers le meilleur (le printemps).  Une personne qui montre des signes qui vont en sa défaveur, sur le moment, est en devenir de changer en bien. Une situation qui semble catastrophique peut faire partie du plan de Dieu pour un but précis ! Ne nous permettons pas d’emprisonner une personne dans notre jugement, pensées et ragots, mais au contraire, participons à sa « liberté » pour aller plus loin dans la bénédiction de Dieu.  

     

    Article : Eliane Copus-Servais

     


    7 commentaires
  •  

    Le bienveillant "MAIS" de Dieu

    « En effet, voici ce que dit le Très-Haut, celui dont l’habitation est éternelle et le nom saint : j’habite dans les hauteurs et la sainteté, MAIS je suis aussi avec l’homme brisé et abattu afin de redonner vie à l’esprit abattu, afin de redonner vie au cœur brisé. Non je ne veux pas lancer éternellement des accusations, je ne veux pas m’irriter indéfiniment, car il est trop faible devant moi, l’esprit, le souffle des êtres que j’ai moi-même faits.» (Esaïe 57 :15-16). 

    Dieu est bien au-dessus de toutes Ses créatures. Sa perfection morale contraste fortement avec le mauvais comportement des hommes et des nations.  Il aurait toute raison de rester éloigné de l’homme. Le péché, le mal dans toutes ses formes, l’incrédulité et l’indifférence grandissante marque davantage le fossé qui sépare l’Homme de Dieu.   « Certes, il n’y a pas d’homme juste sur la terre qui ait fait le bien et qui n’ait pas péché. » (Ecclésiaste 7 :20)

    «  L’Éternel regarde des cieux; il voit tous les fils des hommes.  Du lieu de sa demeure il considère tous les habitants de la terre… »(Ps 33:13-14).

    Si Dieu voit tous les hommes, alors Il n’est pas indifférent, Il n'a pas "tourné le dos" définitivement à l'Humanité. En fait, la nature de Dieu a deux aspects principaux, et ces deux aspects semblent être en conflit : 

    • Il est Saint, il ne supporte pas le péché et le mal qu’il voit sur terre.
    • Il est Amour, Il désire ardemment se réconcilier avec l’homme et lui faire grâce. Il est Celui « qui veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité.. » (1 Timothée 2 :4). 

    Le « MAIS » de la bienveillance de Dieu

    Alors que l’homme mérite d’office la séparation avec Dieu à cause du mal, le Père a choisi d’abord de réagir  dans Son Amour pour nous : au verset 16, il dit :

      «  Non, je ne veux pas lancer éternellement des accusations, je ne veux pas m’irriter indéfiniment, car il est trop faible devant moi, l’esprit, le souffle des êtres que j’ai moi-même faits»

    N’est-ce pas merveilleux !!!  L’Eternel Dieu Saint a compassion des êtres qu'Il a créés et n’attend qu’une chose : s’approcher de l’homme et être avec celui/celle qui a le cœur brisé, qui est abattu : « ..MAIS je suis aussi avec l’homme brisé et abattu afin de redonner vie à l’esprit abattu, afin de redonner vie au cœur brisé." (v.15).

    Le « Mais » de Dieu ouvre les portes de Sa faveur envers ceux qui sont désespérés, déprimés, humiliés, envers ceux qui reconnaissent leur faiblesse et leur état de pécheurs. Pour ceux-là, le Dieu Tout puissant s’abaisse pour leur redonner l’Espoir, la Vie, Il va descendre de Sa demeure pour prendre soin d’eux !

    «  L’Éternel est près de ceux qui ont le coeur brisé, et il sauve ceux qui ont l’esprit abattu ». Ps 34:18.

    Le bienveillant "MAIS" de Dieu

    Dieu permet les épreuves de la vie pour attirer les hommes à Lui

    Souvent, on accuse la sévérité de Dieu : "Pourquoi, si Dieu est bon, y-a-t-il tant de misère sur terre ?"  Et on rejette souvent Dieu à cause de ce rapide constat.  En réalité, Dieu est bon mais Il laisse les hommes libres de leurs choix.  Autant de mal sur terre est le résultat de la rébellion contre le vrai Dieu.  Ce que l'on sème, on le récolte.

    D'autre part, les épreuves sont permises par Dieu parce que souvent - du moins en principe - par elles, l'âme devient plus sensible et c'est l'occasion de s'intéresser à Dieu.  Nous pouvons être comme le psalmiste : « Je suis courbé, abattu au dernier point. Tout le jour je marche dans la tristesse. » (Psaume 38 :6). Il a fait appel à Dieu !

    Dieu reste attentif à l’âme accablée.  Il voit l'âme humble qui reconnaît sa petitesse et sa misérable condition. Il fait une différence entre celui qui, par les épreuves, est humble, repentant, reconnaissant son besoin de Dieu de celui qui malgré la souffrance, reste endurci, dans l’orgueil et la méchanceté. 

    Ce n’est pas la souffrance qui attire la miséricorde de Dieu, c’est notre réaction à la souffrance. Ce qui attire la faveur de Dieu, c’est un cœur brisé « Ô Dieu! tu ne mépriseras pas un coeur brisé et humilié. » (Psaumes 51 :17). 

    Son « MAIS » c’est le pont entre Sa Sainteté et Son Amour : c’est ce qu’on appelle Sa grâce !

    Au verset 18 : « J’ai vu sa conduite, MAIS je le guérirai.  Je le guiderai et je lui assurerai une pleine consolation à lui et à ceux qui sont en deuil à cause de lui. », on voit que Dieu est prêt à guérir, à guider et assurer une pleine consolation à ceux qui souffrent.

      Dieu a le meilleur pour chacun ! Sa grâce nous offre son plan parfait pour nous. Voici ce que l’Esprit du Seigneur a dit prophétiquement pour notre bien : 

    Le bienveillant "MAIS" de Dieu« L’Esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi, parce que l’Eternel m’a oint pour porter la bonne nouvelle aux débonnaires; il m’a envoyé pour panser ceux qui ont le coeur brisé, pour annoncer aux captifs la liberté et aux prisonniers le retour à la lumière;  pour proclamer l’année de la faveur de l’Éternel et le jour de la vengeance de notre Dieu, pour consoler tous ceux qui mènent deuil, pour apporter aux affligés de Sion et leur mettre un diadème au lieu de cendre, l’huile de joie au lieu du deuil, un manteau de fête au lieu d’un esprit abattu, afin qu’on les appelle les chênes de justice, que l’Eternel a plantés pour sa gloire. » (Esaïe 61 :1-3).

    Cette prophétie a été citée par Jésus dans une synagogue à Nazareth en Luc 4:18. Il arrête sa lecture à "pour proclamer une année de grâce de l'Eternel" puis déclare : "Aujourd'hui, cette parole de l'Ecriture que vous venez d'entendre est ACCOMPLIE" (Luc 4:21) !  

    Voilà la Bonne Nouvelle ! Dieu a vu et s'est abaissé sur notre faiblesse pour nous secourir. Cet acte d'abaissement se trouve en Christ - l'Amour incarné du Père - qui vient du sein même du Père et qui a quitté son ciel de gloire pour nous racheter par son sacrifice sur la croix." "Et étant trouvé en figure comme un homme, il s'est abaissé lui-même, et a été obéissant jusqu'à la mort, à la mort même de la croix." (Philippiens 2:8).

    Le « Mais » de la justice de Dieu

    Dieu est juste et Sa sainteté est toujours là. Par le sang du Christ, les rachetés sont justifiés, ils sont mis à part, Dieu les voyant "saints". MAIS pour ceux qui ne répondent pas à l'appel, voilà ce qu'Il déclare au verset 20 de Esaïe 57  : « Quant aux méchants, ils seront pareils à la mer agitée qui ne peut se calmer et dont l’eau soulève la vase et la saleté.  Il n’y a pas de paix pour les méchants, dit mon Dieu. »

    Ceci pousse donc l’homme à un choix important :  le chemin de la Grâce en Jésus-Christ et recevoir Sa Paix, ou résister à Dieu en continuant son cheminement sur la terre sans Lui avec toutes les conséquences que cela comporte. 

     

     



    Article rédigé par : Eliane Copus-Servais

     

     


    2 commentaires