•  

    Vous aurez une meilleure lecture de la video en cliquant 2 fois sur celle-ci (plein écran).

     


    votre commentaire
  •  

    L'allégorie du PISSENLIT

     

     Lors d’une réunion à l’église,   je reçois en pensée le mot « pissenlit ».  Mais que peut avoir ce mot au milieu de ma louange à Dieu ??  … Devant l’insistance de ce mot revenant dans mon esprit, je comprends que le Saint-Esprit me met à cœur une pensée, une allégorie.

      Une allégorie consiste à exprimer une idée en utilisant une histoire ou une représentation qui doit servir de support comparatif. La signification étymologique est : « une autre manière de dire », au moyen d'une image figurative ou figurée.

    La floraison du pissenlit : une comparaison imagée avec les étapes de la croissance de l'Eglise

    Quand je parle de l’Eglise, ce n’est pas seulement l’église locale, cela veut dire aussi l’ensemble des chrétiens nés de nouveau, impliqués dans l’œuvre de Dieu et appelés à vivre éternellement avec Christ.

    Le pissenlit,  son aspect : une fleur commune et pourtant….
    Bien que cette fleur soit d’un jaune éclatant et plein de vertus pour notre santé (notamment purificatrice), cette plante est la plupart du temps considérée  comme une mauvaise herbe, une fleur gênante, ignorée de ses bienfaits, dont on se débarrasse bien vite dès qu’elle veut envahir les jardins.

    Si je compare le pissenlit à l’Eglise, à l’ensemble des chrétiens  qui  expriment leur foi et leur amour pour Dieu, là où se trouvent des vertus et des bienfaits (« Ah qu’il est bon pour des frères de demeurer ensemble »), là où se trouve la présence de Dieu  ("Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux.- Matthieu 18:20),… on peut se rendre compte,  hélas, que le regard des personnes extérieures peut être tellement négatif ! L’Eglise (les chrétiens)  peut être mal vue, critiquée, voire persécutée… Le monde ne la comprend pas, ne comprend pas son message d’amour et de grâce, sa « vertu purificatrice », et l’église se voit refuser l’offre des bénédictions divines que le monde pourrait recevoir à travers elle.  Mais quand on se rappelle que Jésus lui-même n’avait ni beauté, ni éclat (Esaïe 53:2  Il s’est élevé devant lui comme un rejeton, Comme une racine qui sort d’une terre assoiffée; Il n’avait ni apparence, ni éclat Pour que nous le regardions, Et son aspect n’avait rien pour nous attirer. ») ne soyons pas étonnés pour l’Eglise également.  Jésus-Christ  est  le Sauveur de l’Humanité, Il est la Parole de Dieu, et pourtant beaucoup, beaucoup l’ont rejeté et ne l’ont pas reconnu ! 

    « La Parole… était la vie, et la vie était la lumière des hommes.  La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas accueillie. » (Jean 1 :4-5). 

    "Dieu a choisi ce qui est bas, méprisable ou ne vaut rien aux yeux du monde, pour détruire ce que celui-ci estime important." (1 Corinthiens 1:28)

    Face aux regards des autres,  il serait facile d’être découragé et dévalorisé. Persévérons et tenons ferme dans la foi en pratiquant les œuvres que Dieu a préparées d’avance pour nous tous  et soyons « sel et lumière ».

    Les différents éléments du pissenlit et les étapes de floraison.

    Comme toute plante,  la floraison a ses étapes.  Du bourgeon naissant à la maturité qui donne du fruit. Chaque étape de la vie du pissenlit a une importance qui peut aussi nous parler concernant la croissance de  l’Eglise :

    L'allégorie du PISSENLIT Bouton du pissenlit : il est petit,  fermé sur lui-même, pratiquement invisible mais tout le POTENTIEL s’y trouve pour former plus tard une fleur qui portera son fruit.

    Les débuts d’une vie chrétienne, ou d’une église ne sont pas à négliger. Que ce soit chez un chrétien ou dans une église, tout le potentiel est déjà là, il est en germe.  Il y a une PREPARATION dans l’intimité, notre développement commence à s’effectuer (différents dons à découvrir, mettre en œuvre nos capacités pour l’utilité commune...).  Nous avons à laisser libre le St-Esprit  travailler nos cœurs et nos capacités dans l’objectif de servir et grandir. C’est aussi à ce moment-là qu’il faut nous encourager mutuellement à exercer nos dons, et non pas à les étouffer,  parce qu’ils sont là pour manifester la grâce et la gloire de Dieu et non pas pour notre gloriole personnelle.

    Méditons ces versets de 1 Corinthiens 12.4 à  11 et comprenons bien son importance

    « Il y a diverses sortes de dons spirituels, mais c’est le même Esprit qui les accorde.  Il y a diverses façons de servir, mais c’est le même Seigneur que l’on sert.  Il y a diverses activités, mais c’est le même Dieu qui les produit toutes en tous.  En chacun l’Esprit Saint se manifeste par un don pour le bien de tous.  L’Esprit donne à l’un de parler selon la sagesse, et à un autre le même Esprit donne de parler selon la connaissance.  Ce seul et même Esprit donne à l’un une foi exceptionnelle et à un autre le pouvoir de guérir les malades.

     L’Esprit accorde à l’un de pouvoir accomplir des miracles, à un autre le don de transmettre des messages reçus de Dieu, à un autre encore la capacité de distinguer les faux esprits du véritable Esprit. A l’un il donne la possibilité de parler en des langues inconnues et à un autre la possibilité d’interpréter ces langues.

     C’est le seul et même Esprit qui produit tout cela; il accorde à chacun un don différent, comme il le veut…. »

    Puis vient le temps où la fleur s’ouvre,  ce qui était invisible devient plus visible. 

    Savez-vous que le  pissenlit n’est pas une seule fleur ?

    Cette tête jaune est en fait un BOUQUET DE FLEURS. « Le pissenlit est une inflorescence : le capitule réceptacle floral est composé d’un grand nombre de petites fleurs. La capitule est grande et donc visible de loin : la réunion de toutes ces petites fleurs minuscules donne naissance à une grosse fleur : l’union fait la force. » Cette description reflète bien ce qu’est l’église, qu’elle soit locale ou l’Eglise universelle : elle est composée de personnes différentes et unies en un bouquet qui forme une seule fleur, qui est appelée à devenir visible de tous, appelée à manifester Christ.  Et c’est l’unité, l’ensemble de ces différentes  «têtes jaunes » qui formera l’édifice de Christ, Jésus étant la pierre angulaire.

     Cela nous conduit à méditer la suite des versets ci-dessus : 1 Corinthiens 12 : 12-27 

    «Et bien, le Christ est semblable à un corps qui se compose de plusieurs parties. Toutes ses parties, bien que nombreuses, forment un seul corps.  Et nous tous, Juifs ou non-Juifs, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés pour former un seul corps par le même Esprit Saint et nous avons tous eu à boire de ce seul Esprit.

     

    L'allégorie du PISSENLIT

    Le corps ne se compose pas d’une seule partie, mais de plusieurs.

     Si le pied disait: Je ne suis pas une main, donc je n’appartiens pas au corps, il ne cesserait pas pour autant d’être une partie du corps. Et si l’oreille disait: Je ne suis pas un oeil, donc je n’appartiens pas au corps, elle ne cesserait pas pour autant d’être une partie du corps.  Si tout le corps n’était qu’un oeil, comment pourrait-il entendre? Et s’il n’était qu’une oreille, comment pourrait-il sentir les odeurs?  En réalité, Dieu a disposé chacune des parties du corps comme il l’a voulu.

     Il n’y aurait pas de corps s’il ne se trouvait en tout qu’une seule partie!  En fait, il y a plusieurs parties et un seul corps.  L’oeil ne peut donc pas dire à la main: Je n’ai pas besoin de toi! Et la tête ne peut pas dire non plus aux pieds: Je n’ai pas besoin de vous!  Bien plus, les parties du corps qui paraissent les plus faibles sont indispensables;  celles que nous estimons le moins, nous les entourons de plus de soin que les autres; celles dont il est indécent de parler sont traitées avec des égards particuliers  qu’il n’est pas nécessaire d’accorder aux parties plus convenables de notre corps. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus d’honneur aux parties qui en manquent:  ainsi, il n’y a pas de division dans le corps, mais les différentes parties ont toutes un égal souci les unes des autres.  Si une partie du corps souffre, toutes les autres souffrent avec elle; si une partie est honorée, toutes les autres s’en réjouissent avec elle.  Or, vous êtes le corps du Christ, et chacun de vous est une partie de ce corps ».

    Il est important donc d’avoir la vision du Corps de Christ pour grandir chacun dans ce que l’on est : dans notre identité individuelle, dans notre identité en tant qu’église locale, dans notre identité dans l’Eglise avec un grand « E » (en tant qu’Epouse de Christ, celle que Jésus viendra chercher). Ne nous limitons pas, ayons une saine perception des choses, posons notre pierre à l’Edifice.

    Romains 12:5  « ainsi, à plusieurs, nous sommes un seul corps en Christ, étant tous membres les uns des autres, chacun pour sa part. »

    ♦ La racine : ... J’ai lu aussi ceci : « le pissenlit a un caractère bien trempé. C’est une plante vivace et rustique dont la racine pivotante s'enfonce droit dans le sol (plus de 50 cm). Au fil des années, il devient presque impossible de l'arracher entièrement.  La particularité de la profondeur de sa racine lui permet de résister au gel intense des régions froides .

    La Bible nous invite à être bien enracinés : « Soyez enracinés et fondés en lui, affermis ainsi dans la foi telle qu’on vous l’a enseignée, et débordants de reconnaissance. »(Colossiens 2 :7).

    "Personne ne s’affermit par la méchanceté, mais la racine des justes ne sera pas ébranlée" (Proverbes 12:3).

    Que ce soit en tant que chrétien individuel ou en tant qu’église locale, ou encore Eglise universelle, notre force est de demeurer en Christ : en Lui, nous recevons la vie, nous recevons tout les éléments vitaux pour porter du fruit..

     Rappelons-nous la parabole du Semeur  (Marc 4 :15-20) qui nous explique bien la qualité de l’enracinement :

    « Certains sont comme le bord du chemin où tombe la parole: dès qu’ils l’ont entendue, Satan arrive et arrache la parole semée en eux.  D’autres reçoivent la semence dans des sols pierreux: aussitôt qu’ils entendent la parole, ils l’acceptent avec joie.  Mais ils ne la laissent pas s’enraciner en eux, ils ne s’y attachent qu’un instant. Et alors, quand survient la détresse ou la persécution à cause de la parole de Dieu, ils renoncent bien vite à la foi.  D’autres encore reçoivent la semence parmi des plantes épineuses: ils ont entendu la parole,  mais les préoccupations de ce monde, l’attrait trompeur de la richesse et les désirs de toutes sortes pénètrent en eux, ils étouffent la parole et elle ne produit rien.  D’autres, enfin, reçoivent la semence dans de la bonne terre: ils entendent la parole, ils l’accueillent et portent des fruits, les uns trente, d’autres soixante et d’autres cent. »


    L'allégorie du PISSENLIT
    Les akènes
     :  sont le fruit de chaque fleur dans le réceptacle.  Quand la fleur est à maturité, les akènes sont constitués de façon à ce que le vent puisse l’emporter pour permettre la multiplication.  De même les chrétiens à maturité, ayant laissé l’œuvre du St-Esprit en eux, sont disposés à porter du fruit et de faire fructifier.  On ne peut porter du fruit ni œuvrer pour la multiplication sans le souffle de l’Esprit.

    Le souffle symbolise le vent( #Ex 15.8) l'Esprit de Dieu (#Job 32.8; 33.4) ou la puissance divine. (#Ps 33.6).

     «Alors il vint tout à coup du ciel un bruit comme celui d’un vent qui souffle avec impétuosité; et il remplit toute la maison où ils étaient. » (Actes 2:2)

    Particulièrement au jour de la Pentecôte, c’est la puissance de Dieu descendu sur eux qui a fait que les œuvres des 1ers chrétiens portent du fruit et se multiplient.  C’était la naissance de l’Eglise !  Continuons cette œuvre bénie !  De même chacun individuellement et en tant qu’église locale et l’Eglise universelle,  ne pouvons rien faire sans la puissance de l’Esprit. Toute œuvre bonne est le fruit de l’Esprit et non pas le fruit de la chair.

    Conclusion :

    L'allégorie du PISSENLITVoilà donc terminée l'allégorie du pissenlit...  Amis lecteurs, chaque fois que l'on verra un pissenlit, d'abord, profitons de ses vertus, tant concernant la fleur, que sa feuille (salade) et sa racine, c'est bon pour notre santé !  Puis pensons à cette parabole : puissions-nous nous rappeler à tenir ferme, à travailler pour l'unité et l'efficacité en tant que membres de  l'Eglise de Christ qui est appelée à porter du fruit et à le faire multiplier pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. 

     

     

     

     

     

     Article : Eliane Copus

     

     


    9 commentaires
  • La nature nous offre de si belles couleurs ! (Photos libres de tous droits - Pixabay.com)

     

    Les  couleurs

      

    Je suis si admirative devant les œuvres de Dieu  ! La diversité et l'harmonie des couleurs des paysages, des plantes, des animaux, des minéraux nous émerveillent.

    "Les couleurs sont les sourires de la Nature" disait le poète anglais Leigh Hunt. 

    Dieu a créé le monde, la nature, pour Son plaisir (Et Dieu trouva que cela était bon) et pour le plaisir de l’être humain : le Jardin d’Eden était à sa disposition et il pouvait en jouir pleinement, en lui donnant aussi la domination sur tout ce qui existait …. Un cadeau de Dieu pour l’homme ! 

    Non seulement les couleurs donnent un certain plaisir à les contempler dans toute sa diversité, mais nous savons aussi  que les couleurs perçues par tout être vivant ont un rôle bien précis selon les pigments : rôle physiologique, protecteur, reproducteur, écologique…, tant dans le monde animal, végétal ou minéral.  Tout est fait pour un but et a été conçu dans un ordre et une harmonie incroyable.

    Les  couleurs

     

    Les  couleurs

    Ce qui est admirable, c’est que Dieu  a tout prévu quand il a créé les êtres vivants :  non pas que les couleurs existent déjà par elles-mêmes, mais Dieu a doté un mécanisme dans l’œil des êtres vivants pour percevoir les différentes palettes de couleurs. Regardons de plus près en jetant un coup d’œil dans Wilképédia :

     "La couleur est la perception par la vision de l'intensité de certaines longueurs d'ondes de la lumière visible.

    La sensation de couleur prend son origine dans la stimulation de cellules nerveuses spécialisées nommées cônes situés au fond de l'oeil.

    L'humain possède trois types de cônes.  Certains animaux en possèdent moins ou pas du tout, ainsi la plupart des mammifères comme le chat - sont dichromates, ne possédant que 2 types de cônes, mais le rat est monochromate avec un seul type de cônes.  D'autres en possèdent autant ou plus que les humains : la plupart des oiseaux sont trichromates avec des exceptions comme le pigeon par exemple qui est pentachromate grâce à 5 types de cônes.

    L'oeil humain comporte 3 types de cônes situés principalement sur la fovéa d'un millimètre de diamètre, dépressions de la macula (tache jaune) près du centre de la rétine, à quelques degrés de l'axe optique.  Ces 3 types de récepteurs ont un maximum d'absorption correspondant à trois longueurs d'ondes différentes donnant chacune séparément la sensation de rouge, de vert, et de bleu.

    L'intensité totale perçue par ces cellules sensorielles correspond à la notion de luminosité (clair ou sombre), tandis que les intensités relatives perçues (leur proposition) sont interprétées comme couleur..."  

    Alors prenons encore le temps de nous délecter d’extraordinaires  spectacles colorés que nous offre la nature. 

     

    Les  couleurs

     

    Les  couleurs

      

    Les  couleurs

     Les  couleurs

     Les  couleurs

      

    Les  couleurs

     

    Les  couleurs

     

     


    1 commentaire
  •  

    La fidélité

     

    Dieu est fidèle.

    J'ai toujours été touchée par la fidélité de Dieu à notre égard. Partout dans la Bible, on voit Sa fidélité  envers Son peuple : combien de fois Dieu demande-t-il à son peuple de revenir à Lui ! Israël a été maintes fois infidèle et Dieu réclamait sans cesse son retour à Lui. Dans Sa compassion, et  parce qu’Il a fait alliance avec Son peuple et qu’Il veut tenir Ses promesses, Il a tendu la main de réconciliation pour un nouveau départ avec Lui. ! De même, le Père «  qui  a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Jésus-Christ », tient à nous, chrétiens de toutes nations, et nous encourage à tenir ferme dans la nouvelle alliance éternelle qu’Il nous promet.

    C’est dans la nature de notre Père Céleste d’être fidèle, c’est dans son essence.

    Fidèle est aussi un des noms de Jésus : « Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. » (Apoc. 19 :11)

    Lors de notre conversion, nous mettons notre foi en Christ et le Saint-Esprit, l’Esprit de Jésus, nous donne aussi cette valeur qu’est la fidélité :  donc, la nature divine en nous, nous donne la possibilité d’être fidèles !. Mais souvent, trop souvent, notre nature charnelle, notre égo, prend le dessus et nous pouvons avoir des manquements MAIS Dieu, déclare dans 2 Timothée 2 :13 que si nous sommes infidèles, il demeure fidèle, car il ne peut se renier lui-même ! 

    Dieu aime la fidélité, Il y attache beaucoup d’importance et il nous exhorte à rester fidèles :

    "Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle serviteur, tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître."

    "Tout ce que l’on demande à un homme chargé de responsabilité, c’est d’être fidèle." (1 Cor.4 :1)

    "Je connais toutes tes oeuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières oeuvres plus nombreuses que les premières." (Apoc. 2 :19).

    Dans la vie du croyant,  le fruit de la fidélité est la loyauté et la ténacité dans le caractère. Le mot grec qui sert à désigner ce fruit est « pistis » qui exprime la confiance. C’est celui qui met sa confiance en Dieu et dans Ses promesses.  C’est Dieu qui donne la foi  dans notre cœur (on ne peut se fabriquer la foi) en premier lieu :  chacun a reçu une mesure de foi et c’est à chacun d’alimenter cette foi par la Parole de Dieu et de croire en Ses promesses (la foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu). Ainsi, en demeurant ferme et en persévérant dans l’obéissance et dans les œuvres que Dieu nous a confiées, nous serons trouvés fidèles ! Ce qui réjouira le cœur de Dieu !

     La fidélité : une révélation de Dieu

    Il est vrai que rester fidèle exige des efforts, du renoncement, c’est passer au-dessus de nos intérêts personnels et désirs de la chair  pour suivre Jésus. Mais il est important d’avoir reçu la révélation de la fidélité de Dieu dans notre coeur pour aller de l’avant dans notre vie chrétienne : être et rester fidèle ne peut pas venir d’une manière intellectuelle, ce n’est pas un acte religieux forcé, mais la fidélité tire sa source en Christ qui demeure en nous pour faire la volonté de Dieu.

    Je suis fidèle car Christ en moi EST fidèle.

    La fidélité est le fruit de l'Esprit, mais il ne nous est possible de le produire que si nous restons attachés à Jésus comme le sarment est attaché au cep. 

    Une image parfaite de la Fidélité est celle de Jésus-Christ « fiancé » à ’Eglise, sa future Epouse ! N’est-il pas important d’entrer dans la compréhension de cette relation privilégiée pour être motivé à rester fidèle ? Car une épouse est fidèle à son mari !

    Le livre de RUTH / fruit de la fidélité 

    Les Ecritures relatent les nombreux témoignages de gens qui sont restés fidèles à Dieu. Par exemple dans Hébreux 11,  il est fait mention de personnages de l’Ancien Testament  qui ont manifesté leur fidélité à Dieu et sont nommés les « héros de la foi ».

    Il y a un livre que j’apprécie beaucoup, c’est celui de Ruth, qui est pour moi un bon exemple de loyauté et fidélité. 

    La fidélité

      Contexte :

    Au temps du gouvernement des juges, il y eut une famine dans le pays. A cause de son infidélité, le peuple juif a été dispersé parmi les nations. Un homme, nommé Elimélec de Bethléem, partit avec sa femme et ses 2 fils dans la campagne de Moab, un peuple idolâtre, où ils vécurent pendant 10 ans. Cette famille s’était éloignée du pays de la promesse, Elimélec y décéda ; les deux fils de Naomi avaient épousé des Moabites étrangères au peuple de Dieu (ce qui était interdit par Dieu) et ils moururent à leur tour. Naomi resta seule avec ses deux belles-filles Moabites.

    Pourtant la fidélité de Dieu a fait que d’une famille qui paraissait éteinte, il y aura cependant un renouveau, une bénédiction par la Moabite Ruth.

    Dieu a touché le coeur de Ruth certainement suite aux témoignages de sa belle-mère Naomi. Ruth était très loyale et fidèle envers sa belle-mère et elle va déclarer : « Ton Dieu sera mon Dieu ». Sa foi lui a donné de l’assurance et de la résolution : elle va quitter son pays pour suivre sa belle-mère qui retourne à Bethléem, là où il y a de la bonne nourriture (Bethléem = maison du pain).

    Ruth est un exemple remarquable de loyauté et de fidélité et elle va être bénie, elle, une Moabite, venant d’un pays idolâtre. Elle recevra la faveur de Dieu, non seulement elle, mais sa descendance également !  Savez-vous qu’elle est l’arrière-grand-mère de David, et ascendante de Jésus-Christ !!!  Quelle bénédiction !  


    Article : Eliane Copus-Servais

     

     

     


    votre commentaire
  • La sagesseC'est par la sagesse que l'Eternel a fondé la terre,

    C'est par l'intelligence qu'il a affermi les cieux;

    C'est par sa science que les abîmes se sont ouverts,

    Et que les nuages distillent la rosée.  

     La Bible, source de conseils divins

    La Bible est de source divine, donc je parle ici de la sagesse divine, ce qui n’a rien à voir avec la sagesse humaine, ni  des réflexions  humanistes ou bouddhistes, ou tout autre mouvement religieux centré sur l’égo. Je parle de celle qui nous est donnée dans les conseils de la Parole de Dieu et du Saint-Esprit.

    L’une des plus grandes responsabilités des parents est d’encourager leurs enfants à devenir sages. 

     Dans sa jeunesse, Salomon a été encouragé par son père David à rechercher la sagesse (1 Rois 2 :1-9, 1 Ch 28-29). Et peut-être est-ce pour cela qu’il l'a demandée à Dieu. Salomon savait que la sagesse était un bien très précieux et lorsque Dieu lui est apparu en offrant de satisfaire sa requête, quelle qu’elle soit, il a porté son choix sur la sagesse.  

    Il est bon de voir comme Salomon l’importance d’acquérir la sagesse pour soi-même et pour  transmettre les préceptes à nos enfants, petits-enfants, qui leur seront un héritage..

    Les Proverbes dans la Bible ont été écrits par le Roi Salomon.

    Ainsi, par exemple :

     Proverbes 4  « Ecoutez, mes fils, l’instruction d’un père et soyez attentifs pour connaître l’intelligence, car je vous transmets un bon savoir.  Ne rejetez pas mon enseignement. ..Acquiers la sagesse, acquiers l’intelligence !  Tiens-la en haute estime et elle t’élèvera.  Elle fera ta gloire, quand tu l’embrasseras.  Elle mettra sur ta tête une couronne de grâce, elle t’ornera d’un magnifique diadème. »

    Prov. 3 : 21 : « Mon fils... garde le discernement et la réflexion ! Ils seront la vie de ton âme et l’ornement de ton cou. Alors tu marcheras en sécurité sur ton chemin et ton pied ne heurtera pas d’obstacle.  Si tu te couches, tu n’auras rien à redouter et quand tu seras couché, ton sommeil sera doux … »

     « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui jaillissent les sources de la vie.  Ecarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours !  Que tes yeux regardent bien en face et que tes paupières se dirigent droit devant toi.  Fais une route droite pour tes pieds et que toutes tes voies soient bien sûres ! Ne dévie ni à droite ni à gauche et détourne ton pied du mal» (v.23-26).

    Les bienfaits de la sagesse (selon Dieu)

    Combien il est important d’avoir la sagesse pour gérer la vie !  Je ne dis pas que nous n’aurons aucun problème dans notre vie, mais avoir du discernement aide beaucoup.  Si nous manquons de sagesse, nous risquons de faire des mauvais choix ou agir d’une manière insensée et d'en avoir les fâcheuses conséquences.

    Etre sage nous épargne bien des ennuis, cela contribue à une meilleure santé, nous procure un doux sommeil, cela nous donne le discernement nécessaire pour éviter les pièges. Et dans Sa grâce, Dieu nous dit aussi :

    «N’aie pas peur d’une cause de terreur soudaine ni d’une attaque de la part des méchants, car l’Eternel sera ton assurance et Il préservera ton pied de tout piège» (Prov. 3 :25).

    Non seulement agir avec sagesse apporte une certaine protection mais en plus si nous nous confions en Dieu, Il dit qu'Il agira pour nous préserver des dangers, nous Ses enfants bien-aimés.  Toutefois, le Seigneur désire voir Ses enfants acquérir cette valeur et Il nous encourage à la chercher. Elle s’est manifestée en Jésus, elle se manifeste dans Sa Parole et il nous invite encore à la demander avec foi :  « Si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans faire de reproche et elle lui sera donnée.  Mais qu’il la demande avec foi, sans douter, » (Jacques 1:5)

    Et croyez-moi, la sagesse divine, le discernement du Saint-Esprit,  nous n’en n’avons jamais assez !

     Cherchons-la, aimons-la, elle nous protégera !

    «Heureux  l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui possède l’intelligence !La sagesse

    Car le gain qu’elle procure est préférable à celui de l’argent,

    Et le profit qu’on en tire vaut mieux que l’or

    Elle est plus précieuse que les perles

    Elle a plus de valeur que tous les objets de prix. » (Prov. 3 :13-15)

      

     Article : Eliane Copus-Servais

     


    4 commentaires